Coupe du monde: la classe Odermatt

Marco Odermatt a remporté haut la main le Super-G Coupe du monde de Beaver Creek. Sur la Birds of Prey, le Nidwaldien a repoussé Matthias Mayer à 0''78 et Broderick Thompson à 0''95.

Marco Odermatt a dominé le premier Super-G de Beaver Creek © KEYSTONE/AP/Gregory Bull

Il était le dernier vainqueur du Super-G disputé dans la station du Colorado en 2019. Deux ans plus tard, le Nidwaldien n'a pas abandonné sa couronne et signé son sixième succès en Coupe du monde, le troisième dans la discipline. Dans la première des quatre courses à Beaver Creek, Odermatt a écrasé la course de son talent.

A l'instar d'une Lara Gut-Behrami, "Odi" possède un instinct au-dessus de la moyenne. Alors que les premiers dossards ont eu toutes les peines du monde à maîtriser le premier mur, le leader du classement de la Coupe du monde s'est glissé entre les portes tel un félin. D'une stabilité rare, l'as d'Hergiswil a livré un récital dès la mi-course après avoir été intelligent et "prudent" sur le haut du tracé.

Statistique étonnante, Odermatt est le troisième skieur suisse à remporter deux Super-G de suite après Pirmin Zurbriggen en 1984 et 1990 et Paul Accola en 1992.

Au général, le deuxième de la saison dernière compte désormais 250 points et 70 d'avance sur Mayer. Ce n'est pas toutefois l'Autrichien qui sera le principal rival d'Odermatt pour le gros globe, mais bien Alexis Pinturault, le tenant du titre. Bon 6e, le Français n'a pas à rougir de sa performance.

Les autres Suisses ont réussi d'excellents résultats. On pense notamment à Justin Murisier, surprenant 8e. Quoique la surprise ne tient presque plus si l'on se souvient de la 5e place du Valaisan à Saalbach en mars. Gino Caviezel a lui aussi brillé avec une belle 10e place. Moins bon en Super-G qu'en descente, Beat Feuz s'est classé au 12e rang à égalité avec Stefan Rogentin. Absent à Lake Louise car non vacciné, Urs Kryenbühl a pris la 16e place pour sa première course après sa terrible chute à Kitzbühel.

De plus en plus solide dans cette discipline avec une 9e place à Kitzbühel et une 7e à Garmisch la saison dernière, Loïc Meillard est passé à côté d'un gros coup. Parti comme une bombe, le skieur d'Hérémence a commis une immense erreur après trente secondes de course. Un coup de frein rédhibitoire qui l'a relégué à 2''82 au-delà de la 30e place.

ATS
...