Le ski de fond a le vent en poupe dans la région

Ce sport pratiqué à la force des jambes gagne en popularité. Entretien avec Natacha Mooser, présidente du Centre Nordic Jogne à Jaun.

En une année, le nombre de "fondeurs" a en moyenne doublé en Suisse. Selon Natacha Mooser, présidente du centre Nordic Jogne à Im Fang dans le canton de Fribourg, cette situation est notamment due à la crise sanitaire puisque cette discipline peut se pratiquer seul et surtout en plein air. La fréquentation aurait même augmenté d'un tiers en ce qui concerne le centre Nordic Jogne.

C'est un sport qui présente également assez peu de contraintes, selon Natacha Mooser. "On peut librement mettre ses skis et partir faire une heure de ski de fond, on y a accès quand on a envie."

Adapté à tous

Le ski de fond n'est d'ailleurs pas uniquement pratiqué par des sportifs aguerris. L'activité s'adresse également aux familles et aux enfants souhaitant découvrir une nouvelle façon de se divertir et de prendre l'air. "Dans notre centre par exemple, il y a plein de choses qui peuvent occuper les plus jeunes, comme des halfpipes ou du biathlon. On a fait des parcours beaucoup plus ludiques pour les petits. Il y a des tracés cross avec des sauts et des slaloms. Ils s'oublient vite et s'amusent", précise encore Natacha Mooser.

Si la popularité du ski de fond augmente, c'est également parce que ce sport a beaucoup évolué. Le prix de vente ou de location du matériel n'est pas aussi élevé que pour d'autres activités de glisse comme le ski alpin. La présidente du Centre ajoute que "le matériel pour les enfants a aussi énormément changé. En tant qu'adulte, on en est presque jaloux."

Enfin, l'entretien du matériel n'est pas aussi conséquent que dans le cadre d'autres activités. "Il faut faire farter ses skis pour avoir une bonne glisse de telle manière qu'un adulte qui s'équipe peut facilement garder son matériel 5 à 10 ans", précise encore Natacha Mooser. Le ski de fond se pratique également ailleurs dans le canton de Fribourg aux Monts-de-Riaz dans le Gibloux et à Grattavache en Veveyse.

RadioFr. - Frédérique Antonin / Luca Poli