Les Américains s'emparent du gruyère

Les Etats-Unis pourront produire et vendre leur fromage, en dépit de l'appellation protégée. Les producteurs suisses veulent faire appel.

Le terme "gruyère" est compris par le public américain comme un terme générique qui ne réfère pas nécessairement à une zone géographique en particulier, est-il indiqué dans la décision du tribunal de l'Etat américain de Virginie, disponible en ligne. Cela signifie que des fromages produits aux Etats-Unis pourront être vendus sous l'appellation "gruyère", sans qu'ils ne doivent provenir des régions précises comprises dans le label "Gruyère AOP", reconnu à l'échelon européen.

Le gruyère, originaire de la région éponyme fribourgeoise, se retrouve donc en concurrence avec un produit du même nom mais totalement différent, a réagi auprès de Keystone-ATS Philippe Bardet, directeur de l'Interprofession du gruyère (IPG), revenant sur une information révélée par le Blick. Aux Etats-Unis, "leur version du gruyère peut être pasteurisée ou même fondue", donne-t-il en exemple.

Or, les Etats-Unis représentent depuis des années une grosse part des exportations du gruyère suisse. En 2020 encore, un record a été atteint avec 4000 tonnes envoyées Outre-Atlantique sur les 32'000 tonnes vendues, a précisé M. Bardet. Pour les Américains, "cela représente moins de 1% du marché, mais pour nous, c'est énorme".

Cela fait plusieurs années que l'IPG tente de renforcer la protection de la marque aux Etats-Unis, au vu des "mauvaises utilisations" du fromage sur le territoire. En 2013, l'IPG avait réussi à labelliser le nom "Gruyère" dans ce pays qui ne reconnaît pas les appellations d'origine (AOP). Une bataille juridique s'en est suivie avec une association américaine d'exportations de produits laitiers.

ATS