Les finances des communes sont bien contrôlées

Le canton de Fribourg en est sûr malgré les malversations commises par l'ex boursier de Belfaux. Les mesures actuelles sont suffisantes.

Les abus commis par l'ex-boursier de Belfaux sont rares et ne justifient pas que le canton prenne de nouvelle mesures de contrôle sur les finances communales.

C'est en substance ce que le Conseil d'Etat répond au postulat de députés, inquiets de la découverte de cas de malversations au sein des communes. Pas question pour l'exécutif de s'immiscer davantage dans la gestion des collectivités au-delà de la surveillance prévue dans la législation.

Car, selon le gouvernement cantonal, la loi sur les finances communales prévoit déjà des mesures efficaces. Comme le principe dit des "quatre yeux", autrement dit une vérification des comptes effectués par deux personnes différentes. Voilà qui doit permettre d'éviter notamment les factures à double.

Pour le Conseil d'Etat, la multiplication des contrôles ne permet pas de garantir que des gestes malveillants ne puissent pas se produire. Il note toutefois que des contrôles réguliers des opérations de transfert de liquidités permettent un suivi des comptes concernés. Il rappelle aussi que l'organe de révision doit aussi porter une attention particulière sur l'originalité des pièces comptables présentées.

Enfin le gouvernement souligne l'importance du lien de proximité entre le Conseil communal et son personnel. La meilleure garantie, selon lui, de découvrir des erreurs, qu'elles soient volontaires ou non.

RadioFr. - Sarah Camporini