Le Conseil fédéral renonce aux bons d'incitation de 50 chf

Le Conseil fédéral lance une offensive vaccinale de 96 millions de francs en trois étapes. Il abandonne toutefois la proposition contestée.

L'"offensive pour la vaccination" du Conseil fédéral vise à convaincre les indécis en plusieurs points: le premier consiste à organiser une semaine nationale de la vaccination, le deuxième à développer la vaccination mobile, le troisième prévoit de mobiliser des conseillers auprès des personnes non vaccinées. Enfin, le gouvernement proposait que toute personne qui convainc un proche de se faire vacciner pourrait être récompensée par un bon de 50 francs, par exemple pour le cinéma ou le restaurant.

Les cantons se sont opposés à cette dernière mesure, estimant qu'une récompense financière ne permettait pas de sortir de la crise. Sur la base de cet avis, le Conseil fédéral a maintenu les trois premiers piliers uniquement. "Un engagement vaccinal est indispensable. Nous voulons contribuer à la mobilisation des forces, alors que l'automne arrive", a justifié mercredi Alain Berset en conférence de presse.

Voir la conférence de presse:

Une semaine de vaccination en novembre

Le Conseil fédéral, en collaboration avec les cantons, prévoit une semaine nationale de vaccination du 8 au 14 novembre. Les personnes pourront s'informer sur l'efficacité, la sécurité et les effets secondaires de l'injection. Les risques sanitaires et la possibilité de se faire vacciner seront aussi abordés.

Les autorités cantonales et communales organiseront des évènements locaux. De son côté, le gouvernement enverra une lettre à la population pour souligner l'importance de la vaccination. La Confédération prendra en charge les coûts. Une enveloppe de 15,2 millions de francs est prévue.

Des conseillers à la vaccination

Pour atteindre plus facilement les citoyens, des bus de vaccination supplémentaires prendront la route durant plusieurs semaines et s'arrêteront sur la place du village, sur le terrain de foot, devant les écoles ou les discos. La population n'aura ainsi plus à se déplacer et pourra facilement obtenir des informations ou se faire vacciner spontanément. Actuellement, 50 bus sont en circulation.

La Confédération investira 220'000 francs par véhicule, mais jusqu'à un maximum de 38 millions de francs. Par ailleurs, elle mettra également à disposition 43 millions pour des activités de conseil.

Des conseillers pourront être déployés sur l'ensemble de la Suisse pour répondre individuellement aux questions des personnes encore indécises. Ils pourront être contactés via des discussions de groupe, des contacts personnels ou téléphoniques ou la fonction de "chat" individuel sur les réseaux sociaux.

Une campagne à 96 millions

Le montant maximal de cette offensive se montera à 96,2 millions de francs. De l'avis du gouvernement, il s'agit d'un investissement durable comparé aux 50 millions de francs dépensés chaque semaine pour les tests.

Par ailleurs, un taux élevé de vaccinés sera bénéfique pour la gastronomie, l'hôtellerie ou les centres de fitness. Il présente aussi des avantages sanitaires. En moyenne, une hospitalisation peut être évitée pour 100 vaccinations et l'occupation d'un lit en soins intensifs pour 250 vaccinations.

Selon les données actuelles, 93% des plus de 65 ans et environ 80% des 18 à 65 ans doivent être vaccinés pour pouvoir lever les mesures. Le taux de vaccination actuel des plus de 18 ans est de 71,2%. "La situation épidémiologique est encourageante", s'est réjoui Alain Berset. "Nous continuons toutefois d'observer la situation avec prudence, peu avant les vacances d'automne et la saison fraîche."

ATS / Frapp