La mort au coeur du nouveau film des Frères Guillaume

Les réalisateurs fribourgeois ont travaillé sur la base de témoignages de personnes en fin de vie. L'oeuvre fait aussi l'objet d'un livre.

L'œuvre cinématographique relate le chemin vers la mort, sous la forme d'un voyage en train sans destination, qui finira par traverser un pont. © La Télé

Les réalisteurs fribourgeois Fred et Sam Guillaume reviennent avec le film Sur le pont. Leur œuvre relate le chemin vers la mort, sous la forme d'un voyage en train sans destination, qui finira par traverser un pont. On y retrouve la voix d'une vingtaine de personnes, prêtées entre 2015 et 2016.

"C'était un long processus, non seulement pour récolter ces témoignages mais aussi pour trouver une forme, trouver le moyen de faire un film avec cette part documentaire, commence Samuel Guillaume. On ne sait pas trop ce que ça va donner au début." Les deux frères avaient pour idée de base de parler d'un passage, d'une sorte de transformation. "On avait d'abord pensé à la naissance et on s'est assez naturellement penché vers l'autre bout de la vie, puisqu'on pensait utiliser des témoignages."

La réalisation a quant à elle exigé une organisation complexe: "On a eu la chance de travailler avec des centres de soins palliatifs et des soins à domicile, qui ont fait le relais. Sans eux, on n'aurait pas pu accéder directement à ces personnes-là. Les personnes concernées étaient très ouvertes à témoigner et parler de leur expérience. On sent que leur temps est précieux et que si on veut faire quelque chose, il faut le faire maintenant."

Un film et un livre

"On a proposé également un format en livre, pour pouvoir donner plusieurs regards. On n'a pas la prétention de donner des réponses, mais plutôt de poser des questions. Plus on a de regards sur le thème, plus on peut y réfléchir. Le livre permet justement une approche par un angle différent", appuie Sam Guillaume.

L'ouvrage est signé par l'écrivaine fribourgeoise Josiane Haas. Dans son livre, ce ne sont pas les personnes en fin de vie qui témoignent, mais celles qui les accompagnent, ainsi que les artistes. "L'idée était d'aller vers les gens qui côtoient la mort au quotidien, d'une manière ou d'une autre. On a donc naturellement pensé aux personnes qui accompagnent les personnes en fin de vie, mais aussi celles qui continuent cet accompagnement au-delà de la mort. Le choix des artistes a lui été fait de par leur manière assez forte d'aborder cette thématique", explique Josiane Haas.

"Je trouve que c'est un thème qui est essentiel, c'est pourquoi je n'ai pas hésité une seconde à me lancer dans le projet, sourit-elle. J'ai beaucoup aimé la forme, et le rendu est très accessible." La préface de l'ouvrage est signée par Stephan Eicher.

Mêler les arts

Au sein de leur film, les deux réalisateurs ont fait appel à plusieurs moyens pour un rendu original. "On a demandé aux acteurs de doubler avec leur corps les voix qui existaient. Les voix sont donc authentiques, mais les images, les corps sont ceux des acteurs. On a utilisé ces images pour redessiner l'ensemble et obtenir un rendu qui ressemble à du dessin, mais qui en fait est un gros mélange de voix documentaires, de jeu d'acteur et de dessin", révèle Samuel Guillaume.

Ce film est à voir ce vendredi, samedi et dimanche au cinéma Rex. Les réalisateurs ainsi que l'écrivaine seront présents pour mener un débat sur le sujet.

La Télé - Camille Tissot / Adaptation Web: Rémi Alt
...