Taxe rose: la FRC continue le combat

Le Conseil national a accepté d'abaisser le taux de TVA pour les produits d'hygiène menstruelle. Une victoire pour la FRC.

La Fédération romande des consommateurs le demandait depuis de nombreuses années. Les parlementaires du Conseil national ont accepté mardi de faire passer de 7,7% à 2,5% le taux de TVA pour les serviettes et les tampons hygiéniques. 

"C'est une question d'équité: les litières pour animaux, le glyphosate, le caviar devraient bénéficier d'un taux réduit, et pas les produits d'hygiène menstruelle?", s'est interrogée à Berne la Vaudoise Sophie Michaud Gigon (Vert-e-s). 

Au vote, le changement de loi a reçu le soutien de 107 voix contre 70 et 7 abstentions. Une proposition écologiste qui demandait d'étendre ce taux réduit de TVA aux couche-culottes pour bébés et aux protections pour personnes incontinentes a par contre échoué. 

Les femmes paient 130'000 francs de plus

La Fédération romande des consommateurs lutte depuis de nombreuses années pour que ce genre de produits soient moins taxés et qu'il n'y ait plus de différence de prix entre les produits destinés aux femmes et aux hommes. Un rasoir pour hommes coûte par exemple 99 centimes alors qu'un rasoir pour femmes coûte 1.38 franc. Selon l'estimation de la FRC, en raison de cette taxe rose, les femmes doivent dépenser au total 130'000 francs de plus que les hommes durant toute leur vie. 

La Fédération romande des consommateurs va également veiller à ce que les commerçants répercutent bel et bien la baisse du taux sur les prix et n'en profitent pas pour améliorer leurs marges. "C'est aussi l'une des craintes de certains parlementaires hommes pour justifier la non baisse de la TVA. Ils prétendent que de toute façon les prix vont augmenter. Mais nous allons continuer à nous battre pour des prix justes et mieux connaître les marges des distributeurs. Il faudrait plus de transparence, mais c'est encore un autre combat. Cela fera partie de l'un des suivis que va mettre en place la FRC", explique Déborah Sangsue, membre du bureau fribourgeois de la Fédération romande des consommateurs. 

Le Conseil des Etats doit maintenant se prononcer sur cette question. 

RadioFr. - Isabelle Taylor