Trois cochons stars dans le Lavaux

Les animaux ont passé l'hiver sur ce terrain pour l'égaliser et le labourer. Ils ont aussi attiré riverains et promeneurs plus lointains.

Ils sont presque devenus les stars du Lavaux ! Trois cochons, tous issus de la même fratrie, deux gros et un petit, ont passé l'hiver au-dessus du village de Saint-Saphorin, sur une parcelle du domaine des Faverges, qui appartient au canton de Fribourg.

La parcelle en pente est face aux montagnes et surplombe le lac Léman avec un panorama magnifique. Une parcelle où les vignes, devenues trop vieilles avec des souches en mauvais état et aux rangées trop étroites pour laisser passer les machines, ont été arrachées en octobre dernier.

"Ce terrain était en terrasse. Les cochons nous ont économisé plusieurs jours de travail mécanique. Ils ont creusé la terre, égalisé les bosses et rendu le sol praticable. Ils ont mangé toute l'herbe et aussi sorti les racines et les cailloux, que l'on n'aura plus qu'à ramasser", explique Gérald Vallélian, vigneron-caviste du domaine des Faverges.

Échappés parfois, mais jamais loin

Lui et son fils se sont occupés de ces animaux ces six derniers mois. Et ils n'ont pas été les seuls : "Régulièrement, les habitants du village de Saint-Saphorin sont venus leur donner à manger ou ont rempli l'abreuvoir". Certains promeneurs sont même venus de loin, selon Gérald Vallélian. "J'ai un copain qui réparait les murs de vigne à côté du terrain. A un moment donné, il en a presque eu marre, tellement les gens venaient et lui demandaient : où sont les cochons ?"

Globalement, les animaux ont été sages, même s'ils ont causé au vigneron quelques frayeurs, comme les fois où ils se sont échappés. "Ils sont assez malins, les clôtures électriques n'ont pas suffi à les stopper ! Mais ils ne sont jamais allés loin, tempère-t-il En général, ils sont revenus tout seuls. Même si on a quand même eu une fois au milieu de la nuit un appel de la police qui a dû intervenir parce que les cochons se trouvaient sur la route cantonale !"

Une scène d'antan

Des animaux au milieu des vignes, la scène peut paraître étonnante, insolite. Pourtant, c'était la norme, avant dans la région, d'après Gérald Vallélian, qui cultive tout son domaine en bio : "Jusque dans les années 60, c'étaient des paysans-vignerons. Il n'y avait pas que de la vigne dans le Lavaux. Il y avait du bétail, des vaches, des cochons, des moutons et des poules dans nos domaines et dans les vignes. Il y avait une diversité que l'on a perdue."

Une diversité que Gérald Vallélian tente de recréer quelque peu. Il met notamment des moutons à paître au printemps, dans ses vignes, pour manger l'herbe dans les rangées et ainsi éviter de faucher, tant que les feuilles ne sont pas encore sorties.

Les cochons, eux, ont bientôt terminé leur séjour dans le Lavaux. Ils doivent quitter les lieux la semaine prochaine. Que vont-ils devenir ? Ils vont être abattus et mangés. "Un habitant m'a bien proposé de me les prendre en pension. Mais ce n'est pas le but. Je ne suis pas végétarien, je mange de la viande. Je préfère savoir d'où elle vient et je me dis que les bêtes auront eu une belle vie", confie-t-il. Selon lui, les bêtes auront vécu au moins deux fois plus longtemps que si elles étaient nées dans des élevages industriels.

Quant à la parcelle en question du domaine des Faverges, désormais labourée, elle accueillera des nouveaux plants de vignes ce printemps, ou alors le printemps prochain. Quel cépage ? Rien n'est encore défini pour l'instant. Et en attendant d'être fixé, de la moutarde ou des raves pourraient bien être cultivés sur le terrain, pour enrichir et aérer la terre.

RadioFr. - Maëlle Robert / Julie Seydoux