"Affaire de la sextape": Karim Benzema condamné

Après plus de 6 ans,"l'affaire de la sextape"a enfin été jugée: Benzema a été condamné à un an de prison avec sursis et 75'000 euros d'amende.

L'attaquant du Real Madrid et international français a été reconnu coupable de complicité de tentative de chantage sur son ancien coéquipier Mathieu Valbuena.

"Benzema s'est personnellement impliqué, au prix de subterfuges et de mensonges, pour convaincre son coéquipier de se soumettre au chantage", a estimé le tribunal correctionnel de Versailles dans son jugement.

La star du Real Madrid n'a fait preuve "d'aucune bienveillance à l'égard de Valbuena, bien au contraire" et il a agi "avec une certaine excitation, voire une certaine jubilation", ont ajouté les juges.

Les conseils de Karim Benzema ont immédiatement annoncé leur intention de faire appel, précisant que leur client, absent des débats le mois dernier et du délibéré mercredi, serait présent à un second procès.

"La réaction est une réaction finalement de colère", a fustigé son avocat, Me Sylvain Cormier, "sidéré" par une "peine très sévère, injuste et sans preuve".

Colère

Pour son implication dans ce chantage à la vidéo intime à l'encontre de Valbuena en 2015, le parquet avait requis à son encontre 10 mois de prison avec sursis et 75'000 euros (près de 80'000 frs) d'amende.

Lors du réquisitoire, les procureurs avaient rappelé le devoir d'exemplarité de la star de l'équipe de France, "porteur d'une image, d'espoir, de notoriété et de valeurs morales".

Outre Karim Benzema, quatre autres hommes ont été condamnés à Versailles pour cette affaire.

Axel Angot, à qui Mathieu Valbuena avait confié son téléphone, a été condamné à deux ans de prison. Il avait trouvé la vidéo et l'avait conservée en vue d'une utilisation ultérieure.

"En danger"

Lors de l'audience, Mathieu Valbuena, 37 ans, actuel milieu de terrain de l'Olympiakos en Grèce, avait expliqué avoir "eu peur" pour sa carrière.

"Je savais que si la vidéo sortait, ça allait être compliqué pour moi", avait-il expliqué à la barre, avant de préciser: "Je me suis senti en danger, mon premier réflexe a été de porter plainte."

L'ancien joueur de Marseille et de Lyon avait également rappelé que cette affaire lui avait coûté sa place en équipe de France.

ATS