La canonisation de Marguerite Bays attire les pèlerins

Depuis la messe du 13 octobre 2019 au Vatican, de plus en plus de pèlerins viennent à Siviriez, où la sainte fribourgeoise a vécu.

Une Fribourgeoise au centre de l'attention du monde entier: c'était il y a deux ans jour pour jour. Marguerite Bays était canonisée par le Pape François au Vatican. Modeste couturière qui a vécu à Siviriez, dans la Glâne, au 19ème siècle (1815-1879), elle est devenue la première femme laïque suisse à être canonisée.

La messe s'était déroulée place Saint-Pierre à Rome, le 13 octobre 2019, devant des dizaines de milliers de personnes venues de tous les continents. "Lorsque les Fribourgeois sont arrivés à la veille de la célébration, certains avaient les larmes aux yeux en voyant l'immense portrait de Marguerite Bays, très expressive", se souvient l'abbé Martial Python, curé de l'unité pastorale. "C'était aussi très fort de voir le monde entier s'intéresser à cette humble figure fribourgeoise".

Outre Marguerite Bays, quatre autres personnes ont été canonisées il y a deux ans par le Pape François, dont un cardinal britannique et trois religieuses (italienne, brésilienne et indienne) qui ont fondé des ordres. Mais c'est surtout sur la vie de Marguerite Bays que le Pape François s'est arrêté le plus longuement, dans son homélie. "J'avais l'impression que c'était la sainteté au quotidien qui était enfin reconnue. Celle d'une femme du 19e siècle, dans la vie de tous les jours, qui se préoccupe de son entourage, de sa famille, des malades, des enfants de son village", explique l'abbé Martial Python.

Des pèlerins européens à Siviriez

Deux ans après cette canonisation, des livres sur la vie de Marguerite Bays ont été traduits dans plusieurs langues, dont l'italien. Cette figure glânoise gagne aussi en popularité: les pèlerins sont toujours plus nombreux à venir à Siviriez pour visiter la maison où Marguerite Bays a vécu, ou pour participer à des messes d'actions de grâce qui ont lieu tous les 27 du mois.

Pour gérer cet afflux, et accueillir correctement les pèlerins venus de Suisse, mais aussi de France, d'Allemagne ou d'Italie, une nouvelle salle, plus grande et dotée de sanitaires doit être construite dans le village. Le financement pour ce projet, environ un million de francs, doit encore être bouclé.

Marguerite Bays avait été béatifiée en 1995. Trois ans plus tard, en 1998, un second miracle que le Vatican lui a attribué avait ouvert la voie à sa canonisation. Une petite fille de Siviriez était passée sous les roues d'un tracteur. Elle s'en était sortie indemne. Sa famille avait invoqué Marguerite Bays. L'enquête médicale n'avait pas pu apporter d'explications scientifiques. Le dossier avait alors été envoyé à Rome. 

RadioFr. - Maëlle Robert