"Cette finale à Wembley, c'était vraiment de la folie"

L'illustratrice fribourgeoise Marilou Briner a été invitée par l'UEFA à la finale de l'Euro féminin. Elle raconte son expérience.

Les Anglaises ont été sacrées championnes d'Europe devant 87'000 spectateurs à Wembley. © KEYSTONE/Marilou Briner

L'Euro a suscité un enthousiasme inédit pour le sport féminin, cette année. La finale qui a opposé dimanche les Anglaises aux Allemandes a vu affluer plus de 87'000 spectateurs dans le mythique stade de Wembley. La Fribourgeoise Marilou Briner a eu la chance d'assister en direct au triomphe des Lionnes (2-1). L'illustratrice avait créé le visuel pour l'équipe de Suisse à l'occasion du tournoi, dans le cadre de l'exposition "Trailblazers". Interview.

Comment avez-vous vécu cette finale?

C'était vraiment de la folie à Wembley. Je n'avais pas réalisé à quel point c'était un privilège de réaliser une œuvre pour l'UEFA avant d'arriver à Londres. C'était la première fois que je regardais un match de foot dans un stade. Entendre les cris, ressentir l'immensité de la foule, c'était incroyable. Il y avait aussi beaucoup de spectateurs masculins qui encourageaient les joueuses, l'ambiance était respectueuse, rassembleuse, bienveillante, mais passionnée. C'est réjouissant de constater ça.

Découvrir l'exposition "Trailblazers" à Londres, c'était comment?

Les 16 illustratrices qui ont réalisé des visuels pour l'Euro féminin ont été conviées par l'UEFA pour découvrir l'exposition. C'était génial d'associer un visage à un pays, et une chance de pouvoir se rencontrer en vrai entre illustratrices, parce que c'est très rare. En général, on échange plutôt sur Instagram! On a pu discuter de notre métier et du foot, entre autres. Honnêtement, c'était la plus grande richesse de ce voyage.

Cette expérience a-t-elle changé votre regard sur le football?

Je pense que ça m'a plutôt fait prendre conscience que l'UEFA se fait une somme d'argent indécente à travers le football masculin. Il faut mieux partager les dépenses et la fortune amassées. En revanche, je suis ravie de voir l'essor qu'a pris le foot féminin, et de pouvoir témoigner du respect et de la passion qui s'en dégageaient.

Frapp - Alexia Nichele
...