Championnats du monde: Meillard 5e du géant

Podium surprise à l'occasion du géant masculin des Mondiaux de Cortina. Le Français Mathieu Faivre a devancé l'Italien Luca De Aliprandini et l'Autrichien Marco Schwarz.

Journée noire pour les parieurs avec un trio aussi inédit qu'inattendu. Champion du monde de parallèle, Mathieu Faivre est allé chercher un deuxième titre lors de ces Mondiaux pour effacer des tabelles Jean-Claude Killy, dernier Français à avoir ramené l'or mondial en géant.

Alors que tout le monde imaginait le sacre de son compatriote Alexis Pinturault, voilà que le skieur de Courchevel a commis une faute rédhibitoire sur l'intérieur sur le second parcours. Et dire que "Pintu" comptait 0''58 de bonus avant de s'élancer...

Faivre s'est montré le plus régulier en terminant 4e des deux manches. Au final, il s'est imposé avec 0''63 sur Luca De Aliprandini et 0''87 sur Marco Schwarz. Si Faivre avait déjà connu le frisson de la victoire en Coupe du monde dans la spécialité, ses deux acolytes n'étaient jamais montés sur un podium de géant en Coupe du monde!

Jour noir pour les Suisses

Seul rescapé helvétique au terme d'une première manche noire avec trois éliminations, Loïc Meillard n'a pas réussi à améliorer son classement après avoir conclu le premier tracé au 5e rang. Le skieur d'Hérémence termine 5e à 1''77. Dommage car on voit qu'il y avait de la place derrière Faivre. Mais le 3e du combiné et du parallèle n'a jamais semblé véritablement à l'aise et relâché sur cette piste. Il a plutôt renvoyé l'image d'un athlète en lutte permanente pour sa survie.

Il reste maintenant au Valaisan d'origine neuchâteloise le slalom de dimanche pour espérer agrandir sa collection de métal. Mais la fatigue accumulée au fil des jours pourrait peser à l'heure où d'autres arriveront avec de la fraîcheur.

La première manche a ressemblé à une hécatombe pour le camp suisse. Marco Odermatt, Justin Murisier et Gino Caviezel ont rapidement dû tirer un trait sur leurs ambitions. Trois sorties de piste pour le trio forcément pas magique sur le coup.

Les plus grands regrets concernent Marco Odermatt, plutôt bien sur ses skis et qui a connu l'élimination en première manche après un peu plus de 40 secondes de course avec une faute sur l'intérieur. Le 4e de la descente, éliminé en Super-G, avait le 4e temps intermédiaire à 0''66 de Pinturault avant de sortir.

ATS