En politique, "il faut être fier de tout ce qu'on a fait"

A Vuadens, l'ex-syndic Daniel Tercier (75 ans) tourne la page de trois décennies de politique communale.

Daniel Tercier a quitté ses fonctions le 31 décembre dernier, après 30 années au service de l'exécutif de Vuadens. "J'ai dû prendre cette décision importante pour préserver ma santé, explique-t-il. On n'en a qu'une."

Lorsqu'il arrive au Conseil communal en 1991, Vuadens ne compte que 1500 habitants, soit mille de moins qu'aujourd'hui. "On a eu un rythme de croissance régulier. Personnellement, j'ai très bien vécu [cette évolution]." Daniel Tercier se souvient notamment de l'arrivée, il y a quelques années, d'une grande entreprise internationale, le fabricant de machines-outils Bumotec. Un dossier compliqué, puisque refusé dans un premier temps par les citoyens, mais une aubaine pour l'économie locale, admet-il.

Soutien inconditionnel de la famille

Aujourd'hui, l'ancien élu fait son bilan politique avec sérénité. "Il faut être fier de tout ce qu'on a fait et tenté. Le soutien de la famille est aussi capital, dit-il, ému. Mon épouse a toujours participé à ma fonction de syndic à mes côtés. Mes deux filles m'ont dit: "Papa, tu auras du temps pour toi maintenant." Et c'est vrai: je l'aurai aussi pour elles."

C’est avec un pincement au cœur mais aussi plein de confiance en l'avenir de Vuadens qu'il passe le flambeau. 15 candidats se présentent le 7 mars pour tenter de décrocher l'un des 9 sièges au Conseil communal.

Ecouter notre entretien complet avec Daniel Tercier:

RadioFr. - Lauriane Schott / an