Etudiants anti-certificat Covid: "on comprend leur colère"

L'Université de Fribourg assure que tous les cours seront accessibles à distance. Des tests gratuits pourraient aussi être mis en place.

En ce jour de rentrée académique, l'Université de Fribourg a dû faire face à la grogne d'une partie des étudiants. Ce lundi matin, ils ont été une quarantaine à se rassembler devant l'entrée principale du bâtiment de Miséricorde. Cet après-midi, un nouvel appel a été lancé pour une manifestation à 17 heures à la place Georges Python.

Les contestataires dénoncent l'obligation de présenter un certificat Covid pour pouvoir suivre les cours en présentiel ou aller à la bibliothèque. Ils déplorent un enseignement à deux vitesses entre les jeunes qui pourront aller en cours et les autres qui devront suivre le programme à distance.

Mise en place de dépistages gratuits

"Nous comprenons la colère de ces étudiants. L'obligation du pass sanitaire a été décidée peu de temps avant le début du semestre. Certains ont peut-être été pris de court et ne sont pas encore vaccinés, répond Marius Widmer, responsable communication de l'Université. Mais nous faisons tout pour que tous puissent débuter ou poursuivre leurs études dans les meilleures conditions."

L'Université de Fribourg garantit ainsi que tous les cours seront mis en ligne, avec tout le matériel pédagogique nécessaire. Elle assure aussi que les étudiants qui sont à distance pourront aussi échanger avec les enseignants, et poser des questions. D'autres solutions sont aussi envisagées: "Nous sommes actuellement en train d'analyser la possibilité de mettre en place des tests répétitifs hebdomadaires par pooling, qui pourraient être gratuits pour les étudiants", explique la rectrice de l'Université Astrid Epiney. Il s'agirait là de tests salivaires analysés en laboratoire par groupe de dix, comme cela se fait déjà dans les universités de Lausanne ou Genève.

Une décision doit être prise rapidement. Mais un autre facteur entrera en compte: la fin ou non de la gratuité des tests Covid pour les personnes sans symptômes. Le Conseil fédéral voulait rendre ce dépistage payant, mais il pourrait revenir en arrière, vue la levée de boucliers. En attendant que le Conseil fédéral tranche, la rectrice de l'Université de Fribourg Astrid Epiney rappelle que les étudiants en difficulté peuvent s'adresser au service Uni-social pour recevoir des aides financières.

RadioFr. - Maëlle Robert