FIFF confie une carte Blanche à Etienne Daho

L'icône française donnera dimanche une masterclass et présentera ses films fétiches, qui questionnent l’identité sexuelle et la liberté.

Peut-on deviner si une grande personnalité de la musique a bon goût en cinéma? Avec Etienne Daho, cela semble évident. Pas seulement parce qu’il a été acteur (brièvement) et compositeur de film (un peu). Mais surtout par la créativité de son univers visuel.

Depuis quatre décennies, ses albums se déploient en musique aussi bien qu’en images. En plus d'une masterclass, lui offrir une carte blanche garantissait donc une série de films sublimes dont les thèmes répondent intimement à son œuvre. L’occasion de (re)découvrir, entre autres, Ed Wood de Tim Burton.

Entre mille merveilles, Ed Wood, portrait libre d’un artiste qui a existé, contient l’une des plus belles scènes de l’histoire du cinéma: Ed Wood (Johnny Depp), le pire réalisateur de tous les temps, se réfugie dans un bar faute de soutien et y rencontre le meilleur cinéaste du monde, fauché lui aussi : Orson Welles. Ce film, l’unique de Tim Burton présenté à Cannes, est une ode à la liberté artistique.

Frapp - Rédaction