Frapp frappe à la porte de cinq clubs fribourgeois

Alors que les salles de concerts sont fermées, Frapp propose un entretien vidéo avec les clubs qui comptent à Fribourg.

En ce samedi 6 février, c'est presque un comble pour le "Open Club Day", ce rendez-vous annuel où le public peut découvrir l'envers du décor des salles de concerts. Cette année, pandémie oblige, leurs portes resteront fermées.

Lancée en Suisse en 2015, cette journée a pour but de renforcer le lien entre les clubs et les communautés locales, de relier les scènes locales à travers l'Europe et d'affirmer leur importance culturelle, sociale et économique.

Frapp a tenu à marquer le coup malgré tout et propose une visite en vidéo des 5 clubs réunis sous la bannière "High Five", autrement dit le Nouveau Monde, Fri-Son, la Spirale, Ebullition et le Bad Bonn. Objectif: s'entretenir avec les équipes et les musiciens sur l'esprit, les défis et les perspectives d'avenir de ces espaces culturels.

Entretien avec l'équipe du Nouveau Monde

Un an de crise sanitaire

Il y a presque un an, les premières mesures visant à contenir la pandémie ont été adoptées, mais l'impact sur l'industrie de l'événementiel se poursuit encore aujourd'hui. "Après 11 mois d'incertitude, des perspectives sont maintenant nécessaires", affirme une déclaration de la task-force "Culture", dans laquelle les associations du secteur culturel ont uni leurs forces en mars dernier.

Les défis sont nombreux. Outre les incertitudes existentielles auxquelles sont confrontées les institutions culturelles et les musiciens, cette période soulève également des questions qui pourraient mettre en route des processus importants. Comment la mission sociale de la médiation culturelle peut-elle encore être remplie? L'expérience culturelle directe et physique n'est-elle pas aussi essentielle à la vie ?

Entretien avec l'équipe du Bad Bonn

Les High Five là au milieu

Pour les cinq clubs de musique fribourgeois que sont le Bad Bonn, Ebullition, Fri-Son, La Spirale et le Nouveau Monde, l'horizon est également plein de points d'interrogation. En plus de traiter des piles de demandes d'indemnités et de chômage partiel, ces salles ont expérimenté d'autres formes de médiation culturelle depuis le début de la pandémie.

Au début, certaines ont maintenu le contact avec le public par des live proposés en streaming, d'autres ont invité le public à des événements en respectant les mesures sanitaires pendant les phases d'assouplissement de 2020. D'autres encore ont offert aux artistes une résidence pour leurs processus créatifs pendant quelques jours.

Entretien avec l'équipe de La Spirale

Et le futur?

Au micro de Frapp, les clubs ont souvent évoqué de nouveaux concepts ou des changements de perspective. Et puis, évidemment, comment se sortir de ce cocon temporel?

Les personnes que vous verrez dans les vidéos parlent non seulement des défis de ces derniers mois, mais aussi des exigences du présent, et des changements qui se profilent à l'horizon. Il ne s'agit plus de retrouver une normalité passée, mais de prendre l'état actuel comme point de départ. Les cinq clubs de Fribourg réunis sous le drapeau des High Five en conviennent, le secteur culturel est dans une phase de profonde transformation et il fonctionnera différemment après la pandémie.

Entretien avec l'équipe de Fri-Son

Les plans à cet effet sont encore en cours d'élaboration, mais il devient évident que l'industrie culturelle est en train de réajuster ses priorités et que des thèmes tels que l'attitude ou la solidarité soient davantage pris en compte. La métamorphose est en cours et elle exige aussi un changement dans le discours sur la culture, un abandon de la valeur économique au profit d'une valeur ajoutée sociale. Les expériences de ces derniers mois de la part des clubs, des artistes et des musiciens, ainsi que des membres de notre société, montrent que la culture n'est pas seulement un complément à la vie quotidienne. Ce n'est pas un besoin que l'on peut satisfaire éternellement, éloigné de l'écran.

L'expérience du concert en club ne se termine pas avec la dernière note, le retour des lumières et la sortie dans la nuit, qui peut être agréable ou dramatique. Ces lieux offrent un espace pour l'humain entre les deux - avant, pendant et après.

Entretien avec l'équipe d'Ebullition

Frapp - Valentin Brügger / sc