Fusillade sur un terrain militaire russe

Au moins 11 personnes sont mortes samedi et 15 autres ont été blessées lors d'une fusillade sur un terrain militaire russe dans la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a indiqué le ministère russe de la Défense. Il a qualifié l'incident "d'attentat".

Au moins 11 personnes sont mortes samedi et 15 autres ont été blessées lors d'une fusillade sur un terrain militaire russe dans la région de Belgorod, frontalière de l'Ukraine (archives). © KEYSTONE/AP Satellite image ©2022 Maxar Technologies

"Le 15 octobre, sur un terrain d'entraînement du district militaire Ouest, dans la région de Belgorod, deux citoyens originaires d'un pays de la CEI ont commis un attentat", a indiqué le ministère, en référence à la Communauté des Etats Indépendants, une alliance de plusieurs ex-républiques soviétiques.

"Lors de la conduite d'un entrainement au tir avec des personnes s'étant portées volontaires pour prendre part à l'opération militaire spéciale (en Ukraine), les terroristes ont ouvert le feu avec des armes automatiques sur les membres de l'unité", poursuit le ministère.

Deux "terroristes" abattus

"Lors de la fusillade, 11 personnes ont été mortellement blessées. Quinze autres ont reçu des blessures de gravité diverses et ont été conduites dans des établissements de santé où elles reçoivent les soins nécessaires". Selon le ministère, "les deux terroristes ont été abattus lors d'un tir de riposte".

Le 21 septembre, le président russe Vladimir Poutine a ordonné une mobilisation militaire "partielle" en Russie pour envoyer des soldats combattre en Ukraine, après des revers de l'armée russe sur le front.

Début octobre, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a affirmé que plus de 200'000 personnes avaient été mobilisées en Russie depuis cette annonce.

Région sous tension

Ces derniers jours, la tension est forte dans la région de Belgorod. Les autorités ont signalé quasiment quotidiennement des tirs venus d'Ukraine.

Samedi, le gouverneur local a annoncé une frappe sur un dépôt de pétrole près de Belgorod, capitale de la région éponyme. La vieille, c'est une centrale électrique qui avait été touchée, entraînant une panne de courant.

Cette fusillade sur un terrain militaire intervient aussi alors que le pouvoir russe a mis en garde cette semaine sur des risques "d'attaques terroristes" ukrainiennes.

Les services de sécurité russes (FSB) ont indiqué mercredi avoir arrêté huit personnes suspectées de participation à l'attaque à l'explosif qui a touché le 8 octobre le pont de Crimée, tout en assurant avoir déjoué deux projets d'attentats également imputés à Kiev.

"Enfer"

Ces dernières années, des incidents armés ont déjà eu lieu dans des casernes du pays, sur fond de bizutages, un problème qui mine depuis longtemps l'armée russe. Ces bizutages, parfois très violents, sont régulièrement la cause de suicides ou de meurtres.

En novembre 2020, un conscrit de 20 ans servant sur une base aérienne près de Voronej (ouest) avait tué à la hache un officier, s'était emparé de son arme de service pour tuer deux autres militaires.

En octobre 2019, un jeune homme de 19 ans avait lui ouvert le feu alors qu'il prenait son tour de garde dans sa base militaire de Sibérie, tuant huit camarades dont deux officiers. Quelques semaines plus tard, il avait décrit dans une lettre son "enfer" et expliqué qu'il subissait des sévices réguliers.

ATS
...