"On n'a jamais été confrontés à la guerre"

Il y a un mois, les jeunes générations ont basculé dans un monde inconnu. Une classe du collège Sainte-Croix se confie.

En déclenchant une guerre majeure sur le sol européen, Vladimir Poutine nous a fait basculer dans un monde différent. Un monde inconnu pour la jeune génération, qui n'avait jamais été confrontée à une guerre en Europe. La guerre s'est immiscée dans notre quotidien, dans nos conversations avec notre famille et nos amis. Et même jusque dans l'espace scolaire. 

Au collège Sainte-Croix, en cours d'histoire, difficile de ne pas évoquer cette actualité brûlante, alors qu'elle est sur toutes les lèvres. Alexandre Gerbex, professeur d'histoire, a reçu par mail des demandes d'élèves désireux que le sujet soit abordé en classe. "C’est quand même un thème assez lourd, inquiétant et anxiogène", remarque le professeur. Dans le cadre de son cours, il tient à replacer le conflit dans son contexte historique. "Pour beaucoup, la guerre a commencé il y a trois semaines, mais dans la vision russe ou ukrainienne, la guerre a commencé en 2014", précise Alexandre Gerbex.

"Je n'aime pas fuir la réalité, donc je suis les nouvelles quotidiennement"

L'évocation de cette actualité engendre des réactions diverses parmi les élèves. Chacun perçoit différemment la réalité de la guerre. "Au début, je ne me rendais pas bien compte, c’est une situation inédite, en tant que jeunes, on a jamais été confrontés à une situation pareille, à la guerre", se confie une élève. Sa camarade éprouve la même appréhension: "c’est loin, il y a beaucoup de pays qui nous séparent de l’Ukraine et de la Russie, mais plus ça avance et plus je me dis qu’il peut se passer des choses qui peuvent avoir de grandes conséquences".

Loin d'être effrayé, un étudiant adopte une autre approche: "je n'aime pas fuir la réalité, donc je suis les nouvelles quotidiennement." Pessimisme ou optimisme, les éléments de contexte apportés dans le cadre de ces cours d'histoire ont le mérite de permettre aux élèves de mieux cerner les enjeux géopolitiques. 

Voir le sujet:

La Télé - Cloé Pichonnat / Adaptation web: Marc Schaller