Instruction close pour l'homicide de Cheyres

L'auteur présumé du meurtre d'une jeune fille sur les bords du lac en janvier 2018 est renvoyé devant le Tribunal pénal de la Broye.

L'enquête sur l'homicide de Cheyres, dans la Broye, est bouclée. Le Ministère public a clos l'instruction ouverte après la découverte du corps sans vie d'une jeune fille de 19 ans, au bord du lac de Neuchâtel, le 17 janvier 2018.

L'auteur présumé, âgé de 21 ans au moment des faits, est prévenu notamment d'assassinat, subsidiairement de meurtre et d'actes d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance, subsidiairement d'atteinte à la paix des morts.

Dispute entre les deux jeunes

Le décès de la jeune fille remonte en fait au 22 novembre 2017, soit deux mois plus tôt. Le prévenu, domicilié dans la région, avait alors convaincu la Genevoise, qu'il connaît depuis l'enfance, de venir le rejoindre en train. Au bord du lac, les deux jeunes se seraient disputés, pour une histoire de coeur ou d'argent.

La jeune fille a décidé ensuite de regagner la gare. Le jeune homme la frappe à la tête avec un maillet et l'attache avec des serre-câbles autour des poignets, des genoux et des chevilles. Il abandonne ensuite son amie inconsciente, en partie dévêtue, mouillée et ligotée, alors que la température est comprise entre 5 et 8 degrés.

En détention depuis 2018

Vu l'état de décomposition du corps, l'autopsie n'a pas permis de déterminer avec précision la cause ni le moment de la mort de la jeune fille. Si le coup porté par le prévenu avec le maillet ne semble pas être la cause, les enquêteurs privilégient l'hypothermie et la noyade.

Le prévenu est en détention depuis son arrestation début 2018. Il a admis avoir frappé et ligoté la jeune femme. Il affirme en revanche ne pas avoir dévêtu la victime, qui avait été retrouvée sans pantalon, ni culotte et avec son soutien-gorge coupé net sur le devant. Il est renvoyé devant le Tribunal pénal de l'arrondissement de la Broye. La date du procès n'est pas encore connue. 

RadioFr. - Isabelle Taylor