Julius Bär retrouve sa marge de manoeuvre

Le gestionnaire de fortune Julius Bär a retrouvé sa pleine liberté de procéder à des acquisitions d'envergure.

L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a levé l'interdiction temporaire imposée en février 2020 en raison de graves lacunes dans la lutte contre le blanchiment d'argent.

La banque zurichoise a pris des nouvelles mesures prudentielles exigées par le gendarme financier pour la levée des sanctions, ce qu'un auditeur externe mandaté par la Finma a constaté, indique mercredi Julius Bär. L'autorité va cependant accompagner la fin du processus, jusqu'à l'implémentation complète des mesures.

En février 2020, la Finma avait épinglé Julius Bär pour de "graves manquements" dans la lutte contre le blanchiment d'argent, dans le contexte de soupçons de corruption en lien avec le groupe pétrolier étatique Petróleos de Venezuela (PDVSA) et avec la Fédération internationale de football association (FIFA).

La Finma avait alors enjoint la banque à adopter des mesures efficaces pour assurer ses obligations juridiques en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et à procéder rapidement à la mise en oeuvre des initiatives déjà engagées. Dans l'attente du rétablissement de l'"ordre légal", Julius Bär s'était vu interdire de procéder à toute acquisition d'envergure.

ATS