La crème du ski-alpinisme est gruérienne

Les trois Gruériens Rémi Bonnet, Thomas et Robin Bussard ont survolé la Patrouille des Glaciers 2022, sur le grand et sur le petit parcours.

La Gruyère s'impose comme l'une des plus belles fabriques de skieurs alpinistes du pays, voire du monde. Les trois Gruériens Rémi Bonnet, Thomas et Robin Bussard reviennent sur leurs succès.

Rémi Bonnet est sorti vainqueur de la grande Patrouille des Glaciers 2022, malgré des conditions qui n'étaient pas optimales. "On a fait presque 50 minutes de plus qu'en 2018, ça prouve qu'il n'y avait pas beaucoup de neige, on a beaucoup couru mais on a su faire avec", précise-t-il. Les jumeaux Thomas et Robin Bussard ont quant à eux décroché la victoire de la petite Patrouille avec Léo Besson, n'ayant pas encore l'âge pour participer à la grande.

À chacun sa stratégie

Malgré leur rapidité, Rémi Bonnet et son équipe n'ont pas battu le record de 5h35 datant de la grande Patrouille de 2018, soit presque une heure de moins que leur temps lors de l'édition 2022. "Les conditions ont un grand impact sur la Patrouille et je suis sûr que ça peut aller encore plus vite, vu que la forme des athlètes monte un peu chaque année", ajoute le Gruérien.

Selon Rémi Bonnet, pour gagner la Patrouille, il est nécessaire de donner le meilleur de soi-même durant l'entièreté de la course, sans baisser le rythme sur certains passages. L'équipe de Thomas et Robin Bussard a misé sur une stratégie différente lors de la petite Patrouille. "Quand on court avec Léo, on part un peu plus tranquille sans se mettre trop dans le rouge pour ensuite pouvoir faire l'écart dans la deuxième partie du parcours", explique Thomas Bussard.

Tous se mettent toutefois d'accord sur l'importance d'un entraînement très rigoureux pour y arriver. Amis dans la vie de tous les jours, les trois Gruériens pourraient bien participer ensemble à la grande Patrouille des Glaciers de 2026.

Un entraînement continu

Alors que la saison d'hiver vient de se terminer, les athlètes poursuivent leurs entraînements. "On a fait dix jours de pause, sans sport, et là on reprend avec du vélo et de la course à pieds. C'est vraiment toute l'année qu'on s'entraîne, c'est pas juste deux semaines avant la saison", souligne Robin Bussard.

Alors que le ski alpinisme fera partie des disciplines présentes aux JO 2026, les trois athlètes y voient un objectif motivant. Ils gardent toutefois les pieds sur terre, les critères de sélection n'étant pas encore clairs.

Voir l'interview complète:

La Télé - Philippe Huwiler / Adaptation web: Adèle Castella