La Roche fière de ses skieuses olympiques

Le village gruérien suivra attentivement l'aventure de Mathilde Gremaud et Noémie Kolly, qualifiées pour les JO de Pékin. Réactions.

C'est une quincaillerie qui vend aussi des articles de sport, en retrait de la route principale qui traverse La Roche, tenue par Casimir Brodard. Derrière la caisse, un portrait de Mathilde Gremaud est accroché. Il date de 2018, l'année où la skieuse star du freestyle avait décroché la médaille d'argent aux Jeux Olympiques d'hiver de Pyeong-Chang: "Je l'avais acheté à son grand-papa que je connaissais bien, c'était une sorte de soutien!" Signe que quatre années ont passé depuis, ce tableau est de travers. En s'en apercevant, le gérant de cette quincaillerie emblématique de La Roche se hisse sur son escabeau et redresse le portrait.

Casimir Brodard se souvient bien de l'élan qui avait traversé le village en 2018. Le ski-club avait alors organisé une projection festive sur écran géant dans la Maison de ville: la commune avait mis à disposition ses locaux. "Il y avait plein de monde, plein de mordus de ski, c'était très sympa. Comme l'épreuve avait eu lieu dans la nuit, j'étais rentré chez moi à 6h du matin et j'étais allé bosser directement, mais c'était fantastique!"

1 village, 2 stars

Quatre ans après, La Roche se prépare donc une nouvelle fois à vibrer. Elle est fière de ses championnes. Des championnes au pluriel, oui, puisque cette année, Mathilde Gremaud, 21 ans, fera une nouvelle fois partie de la délégation suisse (qui compte 168 athlètes en tout), mais elle ne sera pas seule cette fois: elle sera accompagnée d'une autre sportive talentueuse rochoise, la spécialiste de descente, Noémie Kolly, 23 ans. Sa sélection, confirmée ce lundi, a été une énorme surprise.

A la Croix Blanche, l'un des restaurants du village gruérien de 1800 habitants, la nouvelle alimentait bien sûr bon nombre de conversations les jours suivants. "On en a pas mal parlé avec mes clients locaux", sourit Guillaume Gavillet, le patron, avec un chauvinisme assumé et bienveillant. Ce qui nous rend fiers, surtout, c'est de savoir qu'on a deux habitantes de La Roche qui vont aux JO. En Suisse, il n'y a pas beaucoup de villages qui peuvent dire qu'il y a deux enfants du coin qui participeront aux mêmes Jeux Olympiques, dans deux disciplines différentes."

Plus de notoriété

Cet enthousiasme est partagé. "C'est un grand plaisir pour le village", lance Mariette, retraitée de la Poste et habitante de La Roche. "Surtout qu'on a une station de ski en haut. Alors cette nouvelle promeut la Berra, cela fait du bien!" Elle confie que Mathilde Gremaud et Noémie Kolly sont des modèles pour ses petits-enfants.

Le syndic de La Roche, Bertrand Gaillard, partage cette fierté. "On est tous un peu chauvins, pas seulement le syndic, mais aussi les conseillers, les gens du village", sourit-il. "On apprécie tous de passer devant les grands de la ville, on dira! On est fiers, cela apporte une renommée, une notoriété. Quand on discute de La Roche avec des personnes d'ailleurs, maintenant elles savent que notre village existe! Après, ce sont les athlètes qui font la différence, ce n'est pas la commune, ce n'est pas le lieu. Le mérite leur revient à elles surtout."

Des épreuves au milieu de la nuit

Les Jeux Olympiques auront lieu du 4 au 20 février prochain à Pékin, donc. Décalage horaire oblige, certaines épreuves auront se dérouleront... au milieu de la nuit pour les Suisses. Mais les habitants de La Roche ne louperont pas l'évènement pour autant, à l'image de Mariette, que l'on retrouve, attablée au tea-room de la boulangerie: "Oh, je vais mettre un réveil à 4h du matin, pour regarder les courses en direct. Je ne veux pas attendre le lendemain, ce sera du réchauffé!"

S'il est certain que l'on assistera aux figures de Mathilde Gremaud, pour l'instant, rien n'est sûr concernant Noémie Kolly. "D'après ce que l'on sait aujourd'hui, elle devra encore se qualifier sur place, lors des entraînements. On ne sait pas encore si elle prendra le départ", explique Baptiste, son frère aîné, qui fait le lien entre la skieuse et son fan club, qui compte aujourd'hui 240 membres. Il envisage une projection sur écran géant pour elle et Mathilde Gremaud, comme ce qui avait été fait il y a quatre ans. Sauf qu'aujourd'hui, avec le Covid, il faudra bien sûr respecter les règles sanitaires.

RadioFr. - Maëlle Robert