Le lacrosse, ce sport à l'américaine importé à Fribourg

Le lacrosse ne se pratique pas seulement dans les high schools. A Fribourg, une équipe féminine est née il y a 4 ans.

Un jeudi soir sur le terrain de foot de Saint-Léonard, des femmes chaussent leurs crampons, mais pas pour jouer au ballon rond, comme on pourrait le croire. Des buts sont installés. Ils sont plus étroits que les cages de football mais plus longs que ceux de hockey.

Les joueuses prennent ensuite leurs crosses en main et commencent l'entraînement en parlant principalement anglais. On se croirait dans un film ou une série américaine, comme American Pie ou Teen Wolf qui mettent en scène ce sport d'équipe: le lacrosse.

Le reportage de La Télé:

Création d'une équipe féminine à Fribourg

L'équipe masculine des Skunks (les moufettes) existe depuis 2008 à Fribourg, alors que l'équipe féminine n'a été créée qu'en 2017, sous l'impulsion de Déborah Schorno. Après avoir découvert ce sport aux Etats-Unis, la Fribourgeoise y a joué à Berne avant de monter les Skunks ladies.

En Suisse, Fribourg est la seule équipe féminine romande. "Lausanne et Genève essaient de monter des structures mais ils n'ont pas encore d'équipes féminines à proprement parler." selon Déborah Schorno. Le lacrosse n'est pas encore très répandu en Suisse. Il n'y a que 6 équipes féminines dans le championnat 2020/2021.

Similitudes avec le unihockey

Codifié en 1867 au Canada, le lacrosse est un sport collectif où les joueurs se servent d'une crosse (aussi appelée "stick") pour mettre une balle dans le but adverse. Ce sport peut s'apparenter au unihockey et au hockey dans la structure du jeu.

La discipline évolue rapidement. À la base, c'était du 12 contre 12. Maintenant, cela se joue à 10 contre 10. Puisque le lacrosse espère intégrer le programme des Jeux Olympiques en 2028, il se jouera à l'avenir à 6 contre 6. Pour Déborah Schorno, fondatrice de l'équipe féminine de Fribourg: "ça va ressembler pas mal à du basket".

La Télé - Cloé Pichonnat