Le PLR et la gauche progressent au Tessin

Le PDC est le perdant provisoire des élections communales au Tessin, après le dépouillement pour les exécutifs. C'est surtout dans le sud et les vallées que le parti a perdu des plumes, comme l'explique à Keystone-ATS le politologue tessinois Andrea Pilotti.

En revanche, le PLR, le PS et les Verts ont progressé dans les exécutifs. Les résultats des élections pour les législatifs des villes et des communes sont attendus mardi soir. En raison des mesures contre la pandémie, le dépouillement est retardé.

Au total, le PDC a perdu plus de dix sièges dans les gouvernements locaux, selon Andrea Pilotti. Outre le Mendrisio - autrefois véritable bastion du PDC - le parti a également perdu des sièges dans les vallées.

L'autre parti conservateur, le PLR, a fait mieux. Dans certains cas, il a même augmenté ses sièges dans les organes exécutifs du canton, calcule M. Pilotti.

La gauche sort également gagnante provisoire des élections communales. Le PS et les Verts ont obtenu ensemble 8 sièges à l'exécutif.

Le politologue à l'Université de Lausanne considère les résultats électoraux de la Lega et de l'UDC comme un "clair-obscur": les deux partis ont perdu au total six sièges dans les exécutifs, mais ont partiellement compensé ces pertes.

La représentation des femmes dans les exécutifs tessinois reste inférieure à la moyenne suisse. "Il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine", conclut M. Pilotti, ajoutant que l'exemple de Neuchâtel montre que le succès électoral des femmes est aussi entre les mains des partis.

Lombardi élu à Lugano

Malgré ses pertes, le PDC enregistre quelques succès: l'ancien conseiller aux Etats PDC Filippo Lombardi a ainsi été élu à l'exécutif de la ville de Lugano. Il a obtenu 6213 voix, selon le site officiel du canton du Tessin pour les élections communales.

M.Lombardi se réjouit de sa nouvelle tâche, a-t-il déclaré à Keystone-ATS. "Dans un exécutif, on est beaucoup plus proche des citoyens", a-t-il dit, ajoutant qu'il a toujours voulu en faire l'expérience. Au Conseil des Etats, le travail sur les dossiers était le point central. "Je commence mon nouveau travail avec beaucoup d'enthousiasme", a conclu l'ancien sénateur.

Le politicien tessinois réussit donc son retour sur la scène politique un peu moins d'un an et demi après avoir perdu son siège au Conseil des Etats. Après 20 ans à Berne, il lui avait manqué 46 voix pour le conserver lors du second tour de scrutin du 17 novembre 2019, face à la socialiste Marina Carobbio.

ATS