A l'affût des cyberattaques

Alors que le canton de Vaud a récemment été victime d'hacking, les communes fribourgeoises s'activent pour anticiper tout risque. 

Rolle, Montreux, Morges, les communes vaudoises ont été la cible de hackers ces dernières semaines. Pour l'heure, le canton de Fribourg est épargné, mais reste sur ses gardes. L'Association des communes fribourgeoises (ACF) va proposer des cours à l'intention des élus communaux le 1er, le 2 et le 15 décembre prochain. Au total, 160 participants ont répondu présent.

Ces formations seront dispensées par des professeurs de la Haute école d'ingénierie et d'architecture de Fribourg (HEIA-FR) et la Police cantonale. "Nous allons mettre à disposition une cyberboîte afin de leur donner tous les outils nécessaires pour améliorer, compléter ou confirmer leur système déjà en place. Nous pensons intégrer cela dans le cadre d'un futur centre de compétences en matière de cyberadministration et digitalisation, mais c'est de la musique d'avenir", annonce Micheline Guerry-Berchier, directrice de l'ACF. 

De Villarsel à Bulle

En attendant ces cours, nous sommes allés voir comment les communes fribourgeoises se protègent face aux cyberattaques, à commencer par la plus petite du canton: Villarsel-sur-Marly. "Nous avons des ordinateurs individuels. Sur nos postes, nous faisons attention aux sauvegardes. Nous ne sommes pas reliés à un serveur", précise le syndic Luc Déglise.

Le petit village n'est pas forcément dans le viseur des hackers, à l'inverse des grosses communes qui détiennent plus d'informations, à l'image de Bulle. "Nous avons environ 160 postes connectés. Une entreprise privée nous suit pour tout ce qui touche au hardware, au réseau et au serveur. Nous sommes bien protégés mais conscients que le risque zéro n'existe pas, affirme Raoul Girard, secrétaire général de la Ville de Bulle. Aujourd'hui, j'ai l'impression qu'on n'a pas été piratés et qu'on ne le sera pas, mais on ne peut pas garantir que nous ne l'avons pas été hier ou avant-hier, et qu'on le découvre dans une semaine."

Preuve que le sujet est sensible, la Ville de Fribourg, qui dispose de son propre service informatique, n'a pas souhaité témoigner pour éviter d'attirer l'attention des hackers.

Voir le sujet complet:

La Télé - Gianluca Agosta