Les germanophones doivent pouvoir être soignés en allemand

La prise en charge hospitalière des jeunes germanophones dans leur langue maternelle inquiète la minorité alémanique de Fribourg.

Les citoyens d'un même canton devraient pouvoir bénéficier d'un même traitement. © KEYSTONE

Le Grand Conseil a voté jeudi une procédure accélérée pour traiter un mandat s'alarmant du sujet. La procédure accélérée a été votée par 93 voix sans opposition et deux abstentions. Le mandat, qui demande de trouver des solutions à une lacune qui perdure, vient de députés majoritairement germanophones, issus de tous les partis. "Il est inacceptable pour les citoyens d'un même canton de ne pouvoir bénéficier d'un même traitement", a déploré la députée PS Julia Senti.

"La langue joue un rôle déterminant tant pour le patient que pour le médecin", a relevé son collègue de parti Olivier Flechtner, tout comme le député PLR Jean-Daniel Schumacher. "Certaines familles ont parfois dû déménager pour pouvoir assurer un traitement adéquat à leur enfant", a-t-il précisé en se référant à la proximité avec le canton de Berne.

En français

Rose-Marie Rodriguez, députée PS de la Broye, a salué pour sa part ses collègues alémaniques ayant eu "l'élégance de s'exprimer en français" pour défendre une cause à laquelle elle s'est dite sensible, qui touche notamment à la psychiatrie. Le mandat devrait du coup être discuté par le Grand Conseil lors de sa prochaine session en septembre.

Pour rappel, le mandat vise à obliger le Conseil d'Etat à prendre des mesures dans un secteur relevant de sa seule compétence. Il permet au législatif de veiller à ce que le gouvernement exécute les lois correctement et dans les délais.

ATS
...