Le personnel manque dans les restos fribourgeois

Que ce soit dans le service, la cuisine ou l'aide de cuisine, les établissements fribourgeois peinent à trouver du personnel.

Le nombre de postes vacants a explosé entre fin mars et fin mai. (Image d'illustration) © KEYSTONE

Le nombre de postes vacants annoncés au Service public de l'emploi a explosé entre fin mars et fin mai, période de reprise dans le domaine: il a bondi de 65 à 198 places. Pourtant, le canton compte près d'un millier de demandeurs d'emploi dans le secteur de l'hôtellerie-restauration.

"Les témoignages que nous avons reçus montrent nombreux sont les demandeurs d'emploi qui ne souhaitent plus, au vu des difficultés rencontrées cette dernière année, poursuivre leur activité dans ce domaine", explique Charles de Reyff, chef du Service public de l'emploi.

Moins de clients servis

Ce phénomène se répercute directement sur les clients des cafés, bar et restaurants, comme ceux du restaurant Ô Colombettes à Vuadens, tenu par Maria Thieblemont. "Si on n'a pas le personnel suffisant pour travailler, les clients attendent et ne sont pas contents. Donc c'est un cercle vicieux: on accueille moins de clients vu qu'on n'a pas les ressources pour les servir correctement, alors qu'on pourrait enfin remplir notre établissement."

Même l'Hôtel des Alpes à Guin, qui forme des demandeurs d'emploi aux métiers de la restauration, n'accueille actuellement que quinze personnes, contre près d'une trentaine en temps normal. "A mon avis, il ne s'agit que d'une phase. Je pense que la situation se sera normalisée dès l'automne", relativise la gérante de l'établissement, Carola Baeriswyl. Le Service public de l'emploi reste quant à lui plus prudent. Il estime que le retour à la normale est difficile à prévoir.

RadioFr. - Frédérique Antonin
...