L'Etat au chevet des médias à Fribourg

Les députés fribourgeois ont accepté jeudi un postulat demandant de dresser un état des lieux des médias du canton.

Le rapport à produire par le Conseil d'Etat devra notamment décrire leur financement et dessiner leur avenir. Le postulat, déposé par les députés Grégoire Kubski (PS) et Benoît Rey (PCS), a été avalisé par 93 voix sans opposition et 1 abstention. Il demande au gouvernement d’évaluer la pertinence de créer ou non une fondation cantonale pour les médias, à laquelle l'Etat, les communes et les entreprises pourraient contribuer.

"Les médias souffrent et il y a de quoi s'inquiéter", a expliqué Grégoire Kubski, pour qui le secteur est "en pleine mutation". Aux yeux du député gruérien, il s'agit "de préserver une richesse dans le canton qui en fait le terreau. Il faut trouver des pistes pour maintenir une diversité de tons, bonne pour l'entier de la société".

"Sauvegarder l'indépendance du tissu fribourgeois", a résumé Grégoire Kubski. La démarche veut éviter une "tamediaisation" des médias, via une "approche sans tabou", notamment eu égard aux acteurs les plus innovants. Des inquiétudes relayées par tous les groupes, qui ont décrit une branche presque en déliquescence.

Saint-Paul réorganisé

Les postulants constatent encore que si les aides cantonales et fédérales d’urgence allouées en 2020 et 2021, dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19, ont permis une certaine stabilisation des finances des médias fribourgeois, ces derniers ne sont ou ne seront pas à l’abri de difficultés structurelles.

Celles-ci "sont surtout dues à l’érosion du marché publicitaire". Le vote du postulat est survenu après l'annonce la semaine passée d'une réorganisation du Groupe Saint-Paul, après les 30 postes à tracer dans l'imprimerie. "Les articles de La Liberté seront-ils bientôt à lire partout dans le canton", s'est interrogé Pierre Mauron (PS).

Une future société d'édition unique réunira en effet à terme, outre la régie publicitaire, les services de marketing et de distribution, tous les titres du groupe, soit La Liberté, La Gruyère, La Broye Hebdo et Le Messager. Le groupe sera dirigé dès le 1er décembre par Serge Gumy, actuel rédacteur en chef de La Liberté.

Beaucoup d'incertitudes

Impressum et Syndicom, au nom des journalistes, ont déjà fait part de leurs craintes d'assister à une uniformisation accrue des médias fribourgeois, avec à la clé moins de diversité et moins d'emplois. Même si le Groupe Saint-Paul a indiqué que les quatre rédactions seraient maintenues sur trois sites (Fribourg, Bulle et Payerne).

Le conseiller d'Etat Olivier Curty, chargé de l'économie, a soutenu le postulat, en rappelant les dispositifs de soutien sur les plans fédéral et cantonal. Dans le contexte pandémique, le canton a alloué une aide, subsidiaire à celle de la Confédération, de 3,7 millions de francs pour la presse écrite et de 1,64 million pour la radio/TV.

L’aide cantonale étant limitée dans le temps et réservée à certains médias, son allocation ne permet pas d’évaluer la situation du paysage médiatique ni d’anticiper son évolution sur le plan structurel et son financement, a dit le ministre. Sans oublier que l'aide fédérale prend du retard, le peuple devant se prononcer sur un paquet de mesures.

ATS