Naeim, le jeune réfugié afghan, n'a pas été renvoyé

L'expulsion était prévue aujourd'hui. Les associations fribourgeoises de soutien aux demandeurs d'asile se disent soulagées.

Naeim était arrivé dans notre pays il y a deux ans, il était arrivé via le canton de Fribourg, par le centre fédéral de la Googlera, à Chevrilles.
Les autorités suisses avaient prévu de l’expulser en Roumanie ce jeudi, pays par lequel il avait transité avant d’arriver en Suisse. 

Un recours déposé en urgence par l'Asylex, une association spécialisée dans le soutien juridique aux demandeurs d’asile, a permis de suspendre le renvoi qui était prévu. Ce recours avait été demandé auprès du comité contre la torture de l'ONU à Genève. Ce comité a fait une contre demande à la Suisse, afin d’examiner à nouveau la demande d’asile de ce jeune afghan.

Jusqu’ici, les autorités suisses s'opposaient à sa demande d’asile. Naeim aurait dû faire sa demande dans son premier pays d’arrivée, la Roumanie. C'est justement ce qui inquiétait les associations, notamment le collectif fribourgeois. Ce renvoi en Roumanie aurait mis la vie du jeune homme en danger.

Le collectif pointait notamment les violences policières systématiques perpétrées en Roumanie contre les personnes migrantes. Et surtout le risque d'être renvoyé en Afghanistan. Un pays où il aurait été menacé de mort pour s’être plusieurs fois opposé aux Talibans.

Naeim devrait être libéré prochainement. Il se trouvait jusqu’à maintenant au sein de la prison administrative de l’aéroport de Zurich.

RadioFr. - Maëlle Robert