"On a été tirés du lit lundi matin tôt"

Le Gruérien Boris Grandjean est intervenu sur l'opération de grande ampleur pour éteindre l'incendie au Glacier 3000. Témoignage.

Boris Grandjean, assistant de vol chez Swiss Helicopter, a pris part à l'opération aux Diablerets. © DR / KEYSTONE

L'incendie qui s'est déclaré lundi dans le bâtiment du Glacier 3000 aux Diablerets est désormais éteint. Mais la configuration des lieux, situés à 3000 mètres d'altitude, a nécessité la mise en place d'un dispositif exceptionnel pour venir à bout des flammes.

Le feu ayant ravagé le bâtiment qui abrite l'arrivée du téléphérique, la cabine était inutilisable pour arriver sur les lieux. La voie des airs était la seule possibilité pour monter. Trois compagnies d'hélicoptères ont ainsi été déployées sur place: Air Glaciers, la Rega et Swiss Helicopter. Leurs appareils ont acheminé les pompiers, leur matériel et l'eau pour éteindre les flammes, puisée au préalable dans un lac de la région.

"Il a fallu amener l'eau dans un bambi bucket (ndlr sorte de récipient souple fixé à l'appareil), puis larguer entre 700 et 800 litres en une fois sur les flammes. On a aussi dû acheminer les pompiers et tout leur matériel sur place par les airs", explique Boris Grandjean. Ce Gruérien, assistant de vol chez Swiss Helicopter, était au coeur de l'opération lundi.

"Rôdé pour ce genre d'interventions"

"On a été tirés du lit lundi matin tôt et j'étais assez surpris d'être engagé pour une opération au Glacier 3000. Mais sinon, au final, on est rôdé pour ce genre d'interventions. On travaille aussi sur des extinctions de feu de forêt ou des incendies de chalet", relève Boris Grandjean.

Reste qu'intervenir de cette manière sur un incendie à cette altitude est plutôt rare. "Plus c'est haut, moins on peut lever de charges, il a donc fallu composer avec cette variante-là."

Mardi matin, les contrôles réalisés indiquaient que la structure porteuse de l'édifice étaient en "bon état" et qu'il n'y avait "pas de danger d'effondrement", selon le directeur général de Glacier 3000. Bernhard Tschannen s'est dit confiant pour une reprise de la saison de ski le 5 novembre, comme prévu.

Alors que personne n'a été blessé, les causes de l'incendie demeurent inconnues. Le feu est "probablement" parti du 4e étage, où se trouve le restaurant dessiné par l'architecte tessinois Mario Botta. La station supérieure de Glacier 3000 reste fermée jusqu'à nouvel avis.

Frapp - Sophie Corpataux
...