"On compte sur la générosité des Suisses!"

Fabrice et Briac, ex-candidats de Pékin Express, pédaleront à travers la Broye et le Vully pour récolter des fonds contre le cancer.

Ils sont inséparables malgré leur fossé générationnel, et surtout, constamment à la recherche de nouveaux défis. Dernier en date, leur "FaBriac Tour", un tour de France et de Suisse romande à vélo en 150 jours entamé le lundi 15 mars: «A la base, nous avions envie d’aller à la rencontre de nos abonnés et de mettre un visage sur les gens qui nous suivent!» explique Briac.

10'000 kilomètres à la seule force des mollets qu’ils ont planifié en six étapes avec une ascension du Mont-Blanc fin août: "Nous espérons récolter au minimum 10'000 euros pour La Ligue contre le cancer, mais si on pouvait en ramener beaucoup plus, cela nous ferait extrêmement plaisir!" précise Briac.

En mode Pékin Express dans la région

Pour relever leur défi, Fabrice et Briac mettront également à profit leurs compétences acquises en 2019 dans l’émission Pékin Express: «Nous irons dormir chez les gens! Tous les soutiens sont bons à prendre: un plein, un peu de nourriture, une aide logistique, etc.» explique Fabrice.


Avec un budget quotidien de 25 euros par personne, les deux compères savent que ce budget risquent d’être limitant en arrivant en Suisse: "J’ai habité Neuchâtel par le passé, je sais que les Suisses sont généreux!" confie Fabrice.  Sauf imprévu, ils devraient arriver à Neuchâtel le 14 avril avant de poursuivre le jour suivant leur périple direction Lausanne, par le Vully et la Broye. Puis, ils feront un crochet par Sion avant de repartir vers Montreux et Evian le 17 avril.

Pour plus d’infos, faire un don et/ou soutenir leur défi: www.globedreamers.com/crowdfunding/voyage/un-tour-de-france-contre-le-cancer

Ecoutez l’interview diffusée dans l’After de Jon :

Leur grande amitié est aussi improbable que leur première rencontre au Guatemala il y a deux ans: «Nous faisions partie du duo d’inconnus dans l’émission. Fabrice a débarqué dans ma chambre à 4h30 du matin en tenue militaire. Moi qui n’aime pas l’autorité, je savais que j’allais morfler!» s’exclame Briac, le cadet de l’équipe. 

RadioFr. - Jonathan Grossenbacher / sc