"On nous demande de faire un travail d'efficience"

Le directeur général de l'HFR Marc Devaud revient sur la suppression de 60 postes au sein de l'établissement.

L'horizon de l'HFR pour l'année 2022 s'assombrit encore un peu. Si les budgets de l'année en cours prévoient des pertes de plusieurs millions de francs, plusieurs scénarios sont néanmoins envisagés selon l'évolution de la pandémie et la durée de celle-ci. La situation mènera à la suppression de 60 postes de travail, soit 2% de l'effectif total.

"Cette diminution de postes est due au changement d'organisation entamé pendant la phase Covid, à savoir le regroupement de certains services", explique Marc Devaud, directeur général de l'hôpital fribourgeois. "On nous demande de faire des économies, l'HFR est dans les chiffres rouges depuis plusieurs années.

Cette réduction se fera progressivement avec des départs naturels, comme la fin de contrats à durée déterminée et des baisses de taux de travail. "On va toujours garder le même nombre de médecins ou de professionnels par lit ou par patient", insiste encore Marc Devaud.

"Sans l'Etat, on ne va pas y arriver"

Selon l'évolution de la pandémie, différents budgets sont envisagés. "Si le Covid persiste, on aura un déficit encore plus important que celui annoncé", estime Marc Devaud. Le déficit de 15,7 millions pourraient alors être nettement dépassés. Tous les secteurs de l'hôpital risquent ainsi d'être touchés. 

Le Syndicat des services publics dénonce un "d'étranglement financier". "On insiste sur notre travail, c'est-à-dire s’assurer que le patient soit sous contrôle. Je pense qu’on a une certaine marge d’amélioration et c’est peut-être ce qui va faire qu’on va avoir plus de recettes ou au contraire un besoin réduit de personnel. Mais sans l’Etat, on ne va pas y arriver."

Voir la vidéo en intégralité

La Télé - Philippe Huwiler / lp