Patients de la 3e vague moins âgés et souvent en surpoids

Les patients placés aux soins intensifs en Suisse au cours de la troisième vague étaient moins âgés que ceux des vagues précédentes.

L'étude publiée dans la revue Swiss Medical Weekly. © KEYSTONE

Ils étaient aussi plus souvent en surpoids, selon une étude de l'Hôpital universitaire de Zurich (USZ). Lors de cette troisième vague au printemps dernier, les patients étaient âgés de 62 ans en moyenne, contre 66 ans pour ceux des deux vagues précédentes. Ils avaient en outre un indice de masse corporelle plus élevé et davantage de maladies préexistantes, notamment cardiovasculaires, a indiqué mardi l'USZ dans un communiqué.

Ces patients ont dans l'ensemble un peu mieux toléré le Covid-19, mais ils ont plus souvent souffert d'un syndrome de détresse respiratoire aiguë que leurs prédécesseurs. Cet état potentiellement fatal laisse fréquemment des séquelles graves et une incapacité de travail prolongée, même chez des personnes jeunes.

"Les différences que nous pouvons observer dans la troisième vague dépendent vraisemblablement en grande partie de la campagne de vaccination", commente Matthias Hilty, auteur principal de l'étude, cité dans le communiqué. Les personnes âgées vaccinées sont en effet protégées des formes graves de la maladie.

Les auteurs n'excluent toutefois pas que des propriétés différentes du virus soient aussi en cause. Cette étude publiée dans la revue Swiss Medical Weekly a pris en compte les données de l'ensemble des 1829 patients placés aux soins intensifs dans un hôpital suisse pour cause de Covid-19. Sur ce total, 139 sont considérés comme faisant partie de la troisième vague, à partir du 1er février 2021.

ATS
...