Ski alpin: colère de descendeurs

L'annulation du 3e entraînement de la descente olympique masculine a suscité de l'incompréhension d'une partie des coureurs. "Le jury n'a montré aucune souplesse", a déploré Marco Odermatt.

Marco Odermatt aurait bien voulu s'élancer. © KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN BRUNA

Le Nidwaldien, leader de la Coupe du monde et un des favoris de l'épreuve, a déclaré samedi qu'il ne comprenait pas du tout la décision et que la communication entre les athlètes et le jury de la FIS n'avait pas du tout marché.

La décision est "injuste", même si "avec le vent, ça ne va de toute façon pas être la course la plus équitable qui soit, a-t-il estimé. "Sur une piste olympique où tout est nouveau, vous voulez vraiment avoir la même dose d'entraînement", a-t-il insisté. "Chaque manche aide à trouver le matériel et la ligne parfaite".

"Un run de plus"

Représentant des athlètes auprès de la FIS, le Français Johan Clarey a déploré aussi ce manque d'écoute et estimé qu'un compromis aurait été possible, par exemple laisser descendre les skieurs au moins jusqu'au premier gros saut.

"Il y a quand même trois favoris qui ont fait un run de plus que les autres, c'est ça le gros problème. S'ils avaient annulé dès ce matin, il n'y aurait eu aucun souci", a relevé Clarey.

Pour des raisons de sécurité, en raison du vent, le jury a préféré stopper les frais après le passage de trois coureurs, les prévisions météo ne présageant aucune amélioration pour les heures suivantes.

ATS
...