Soutien financier cantonal accru pour l'HFR

Le Grand Conseil a voté vendredi une modification en ce sens de la loi sur le financement des hôpitaux et des maisons de naissance, volet aide aux investissements.

En situation financière délicate, l’Hôpital fribourgeois (HFR), ici le site principal de Villars-sur-Glâne, bénéficiera désormais de nouvelles contributions de l’Etat de Fribourg, à l'instar de ce qui prévaut dans d'autres cantons (archives). © KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

Les députés ont accepté l'adaptation législative par 98 voix contre 1 et 1 abstention, au terme d'un débat nourri marqué d'inquiétudes. La modification va au-delà de ce que demandaient les députés en 2019 en acceptant une motion instaurant la possibilité pour l’Etat de se porter garant des emprunts des établissements hospitaliers publics.

Le vote constitue un énième épisode du feuilleton des difficultés de l'HFR. La situation de l'institution, une dette de 184 millions envers l’Etat, un déficit cumulé de 55 millions à fin 2021, compromet actuellement ses projets d’investissement, en particulier la construction d’un nouvel hôpital à Villars-sur-Glâne.

Faire sauter un verrou

Le Conseil d’Etat, par la voix du ministre de la santé Philippe Demierre, a répété être disposé à soutenir l'HFR. "C'est un pas important", a-t-il indiqué, dans la mesure où la modification fixe la base légale pour permettre à l'Etat d'intervenir. Plusieurs aspects seront traités ces prochaines années par le Grand Conseil.

Philippe Demierre a mentionné le soutien financier 2023-2026, l'assainissement des comptes et la constitution d'une provision pour le futur hôpital, avec 5 millions par an dès 2024. "Fribourg s'aligne sur d'autres cantons pour soutenir le financement des investissements", a relevé la députée centriste Anne Meyer Loetscher.

"L'adaptation de la loi permet de faire sauter un verrou", s'est réjoui le député chrétien-social Benoît Rey. Au-delà, beaucoup d'élus ont dénoncé la lenteur de l'action gouvernementale depuis 2019. Le socialiste Elias Moussa a évoqué la pièce de théâtre de Samuel Beckett "En attendant Godot" pour symboliser la chose.

Nouvelles formes d'aide

Le changement législatif propose d'aider sous forme de cautionnement ou de garantie, mais aussi de recourir à d’autres formes à titre exceptionnel, comme un prêt à conditions préférentielles ou une contribution non remboursable. Mais l'engagement accru de l’Etat ne sortira pas pour autant l’HFR des chiffres rouges.

Philippe Demierre a confirmé récemment devant la presse que les discussions étaient encore ouvertes pour résorber la dette et régler la question des intérêts que l’Hôpital fribourgeois paie chaque année. "L'HFR est la priorité de cette législature", a averti le député centriste Hubert Dafflon à destination du ministre.

Les prestations d’intérêt général (PIG) figurent également toujours au menu des défis à relever à court et moyen terme. Elles concernent le financement public de certaines missions comme la recherche, la formation ou encore le maintien d’un service des urgences.

Suite de la révision de la loi sur l'assurance maladie (LAMal), les investissements, pris auparavant en charge par l'Etat, sont intégrés dans les forfaits liés aux prestations, cofinancés par les cantons et l'assurance obligatoire des soins. Mais, depuis dix ans, les tarifs de référence et les tarifs ambulatoires ne cessent de baisser, alors que les charges augmentent.

ATS
...