Le travail au noir est fréquent dans le secteur du nettoyage

À l'heure actuelle, plus de la moitié des personnes travaillant dans le domaine du nettoyage ne sont pas déclarées.

Les employeurs qui ne déclarent pas leurs employés risquent une amende ainsi que des paiements rétroactifs. © KEYSTONE

Plus de la moitié des employés de ce domaine travaillent sans être déclarés. Pour le canton de Fribourg, il n'existe pas de chiffres précis concernant le travail au noir. Le Service public de l'emploi de Fribourg est conscient des dangers liés à la pratique.

Pour lutter contre le phénomène, l'institution effectue des contrôles lorsqu'elle a des soupçons ou qu'elle reçoit des dénonciations. Ces contrôles restent rares. En 2021, 545 contrôles ont été effectués, tous domaines confondus. Toujours en 2021, il y en a eu moins de dix dans le domaine du nettoyage, année marquée par la pandémie. En comparaison, les autorités en avaient effectué une trentaine en 2016. Selon Charles de Reyff, chef du Service public de l'emploi, il est difficile d'en faire plus:

Charles de Reyff explique que "le canton appelle à la responsabilité de chacun". Il fait aussi une mise en garde: "Ne pas assurer un employé pour les accidents est un grand risque, autant pour l'employé que pour l'employeur. En cas de licenciement, on ne paie pas de charges sociales donc on n'a pas le droit au chômage. De plus, sans cotisation AVS, les personnes reçoivent une rente minime. Ce sont des conséquences à plus ou moins long terme qu'on n'imagine pas lorsqu'on emploie quelqu'un au noir."

Les patrons qui emploient du personnel non déclaré risquent une amende. D'autant plus qu'ils devront payer rétroactivement toutes les cotisations sociales.

RadioFr. / Frapp - Loïc Schorderet / ar
...