Un Fribourgeois dans le chaos du Stade de France

Des débordements ont éclaté samedi en marge de la finale de la Ligue des Champions à Paris. Un supporter fribourgeois témoigne.

Des débordements ont éclaté samedi devant le Stade de France. © La Télé

Fait rare pour un match de ce niveau, le début de la rencontre entre le Real Madrid et Liverpool (1-0) avait dû être reporté d'une demi-heure, en raison de tensions à l'extérieur du stade.

De nombreux supporteurs avaient tenté d'escalader les grilles de l'enceinte pour tenter de forcer l'entrée. De brèves échauffourées ont alors opposé les forces de l'ordre qui repoussaient ces intrus, parfois en faisant usage de gaz lacrymogènes.

Fan de l'équipe anglaise, Axel Barbey a vécu un cauchemar. "Des enfants, des personnes handicapées et âgées se sont retrouvé dans le mouvement de foule", témoigne le Gruérien, qui estime que les supporters de Liverpool sont restés "très calmes". "Ce qui m'a désolé, ce sont les stadiers qui voyaient les gens paniquer et qui n'ont rien fait."

Excuses de Darmanin

Mercredi, le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin a présenté ses excuses pour l'organisation désastreuse de la finale de la Ligue des Champions. Il a assuré avoir "demandé des sanctions" pour deux membres des forces de l'ordre, coupables selon lui d'une utilisation du gaz lacrymogène "contraire aux règles d'emploi".

Mais dans le même temps, le ministre qui incrimine depuis le début de la controverse les supporters britanniques, estimant qu'ils sont en grande partie responsables des incidents, a réaffirmé que "110'000 personnes" se sont présentées "dans et autour" du Stade de France. Soit "35'000" supporters de plus que la jauge prévue, munis, selon lui, de billets falsifiés ou sans billet.

De son côté, le club de Liverpool a annoncé mercredi l'ouverture d'une cellule psychologique pour permettre aux fans de parler suite aux événements, s'ils en ressentent le besoin.

La Télé - Benjamin Peiry / ats
...