L'immobilier fribourgeois: un marché à deux vitesses

Il y a actuellement trop de choix pour les futurs locataires et presque pas assez pour d'éventuels propriétaires dans le canton de Fribourg.

Le marché immobilier vogue au gré de la crise sanitaire. Dans le canton de Fribourg, le secteur subit un marché à deux vitesses. D'un côté, il y a trop de choix pour les locataires, de l'autre, il est toujours très difficile de devenir propriétaire.

"Ça pousse comme des champignons"

Dans les villes du canton, les constructions d'immeubles sont nombreuses. Pour Gilberte Schär, Présidente de l'Union suisse des professionnels de l'immobilier, "les responsables de l'aménagement du territoire devraient freiner les nouvelles constructions de façon à stabiliser le marché de l'immobilier."

A l'heure actuelle, dans le canton, environ 3% des logements sont vacants. "Il faut penser à rénover avant de construire du neuf", poursuit Gilberte Schär.

Pas assez de villas à vendre

Il y a une très forte demande pour l'achat de villas à la campagne. C'est ce qu'annonce la Chambre fribourgeoise de l'immobilier. Son secrétaire général, Louis Bertschy, explique que c'est parce que l'offre n'est pas assez importante par rapport à la forte demande que les prix augmentent. Selon la Banque cantonale fribourgeoise, ils ont grimpé de 6% en un an.

Selon Gilberte Schär, les prix continueront d'augmenter. "Il faut arriver à une stabilisation. Le marché du logement doit pouvoir offrir des logements selon les attentes de la population."

Pour veiller à l'équilibre du marché, un observatoire du logement et de l'immobilier a été mis en place par le canton. Cet outil a été testé sur Fribourg, il sera amené à se développer: des résultats pour Bulle sont attendus cet automne.

Voir le reportage complet:

La Télé / Frapp - Gianluca Agosta / ar