Le bonheur des uns fait le malheur des autres

L'ex-présidente du législatif Kirthana Wickramasingam est l'une des députées évincées. Les Verts ont gagné 7 sièges aux dépens du PS.

« J’étais un petit peu déçue, mais quand on fait de la politique on est habitué à relativiser. Lors des dernières élections, c'est moi qui avais évincé un ami, cette fois, c'est l’inverse.» Kirthana Wickramasingam est l’une des députées écartées dimanche dernier par la vague verte qui a soufflé sur le Grand conseil.

Si la socialiste relativise sur son cas personnel, elle pense surtout aux conséquences de ces élections pour son parti.  « Ce qui a été le plus dommage, c'est que ça provoque la perte d’un siège socialiste dans le district de la Gruyère et de sept sièges au total. » 

« Il faut voir plus large » 

De son côté, Pierre Mauron a été réélu. Député depuis 2006, il livre son analyse de cette perte de sièges. « On s’attendait à ce rééquilibrage. Par contre, mon souci, c'est que la gauche élargie perd trois sièges. Il faut voir plus large pour que les forces des Verts et du PS puissent gentiment aller prendre des places au centre et ne pas stagner au stade où on est. » 

Ce jeu de chaises musicales à gauche ne bouscule pas trop les équilibres du Grand Conseil. La gauche élargie détient désormais 39 des 110 fauteuils du Grand Conseil. 

La Télé - Gianluca Agosta