Une petite tête à la Motta?

Ce lundi, les plus courageux ont bravé le froid dès l'ouverture des Bains qui fêtent cette année leurs "presque 100 ans". Reportage.

Il faisait frais, samedi matin à l'ouverture saisonnière des Bains de la Motta. Mais les habitués s'y sont quand même pressés. Et dès 7h lundi matin, les nageurs les plus motivés ont également pu effectuer leurs longueurs quotidiennes. "Je viens une ou deux fois par semaine nager le matin à la Motta. Je suis en période d'examens donc ça me détend de venir avant les cours", déclare une étudiante du Collège Saint-Michel.

L'ambiance générale de la piscine est d'ailleurs un peu particulière à ces moments-là, notamment parce qu'il n'y a pas encore grand monde dans l'eau. "On peut nager sans embouteillage", explique pour sa part une autre habituée de baignade matinale. Nicolas Frantschi, gardien de bain précise également que ce qui rend la Motta spéciale, c'est surtout que son ouverture lance la saison estivale: "Les bains, c’est vraiment une piscine de saison. La mentalité est différente, le public aussi. Les gens sont souvent plus souriants, plus détendus."

"La plus belle piscine"

Les Bains de la Motta fêtent également cette année leurs "presque 100 ans". Une exposition de photographies retraçant l'histoire de la piscine est d'ailleurs à découvrir dès maintenant sur les lieux. "Vous pourrez voir toutes ces photos tout en profitant de la plus belle piscine de ce pays", affirme Pierre-Olivier Nobs, conseiller communal et président du conseil d'administration des Bains de la Motta.

Ce dernier est aussi en pleine réflexion en ce qui concerne la manière de chauffer l'eau. "Il est raisonnable de penser qu'il est techniquement possible de chauffer les Bains avec des énergies renouvelables", expose encore le conseiller communal. Malgré tout, le site est classé et nécessite selon lui un soin particulier. Certaines énergies ne pourraient donc pas être envisageables.

La Télé / RadioFr. - Simon Gumy / Hugo Savary / Adaptation web: Luca Poli