Peu de chance que votre viande de chasse soit suisse

Alors que la saison de la chasse a débuté, on fait le point sur l'origine du gibier.

Selle de chevreuil ou filet de cerf, le tout accompagné de spätzlis, choux rouges, marrons caramélisés et autres garnitures : la traditionnelle saison de la chasse a débuté. Il y a pourtant peu de chance que la viande qui trône dans votre assiette vienne de Suisse.

Selon les chiffres de Proviande, plus de 6 kilos de gibier sur 10 vient de l'étranger. Il suffit de s'intéresser aux étiquettes des produits vendus en grande surface. Vous aurez de quoi faire le tour du monde: Autriche, Pologne, Hongrie, Nouvelle-Zélande ou encore Australie. 

Même si 40% de la viande de chasse consommée dans notre pays est indigène, il reste encore un grand pas avant qu'un chevreuil suisse finisse dans votre assiette de consommateur. Comme l'explique Pascal Pittet, le président de Diana Romande, la plupart des chasseurs gardent le gibier pour eux et leurs proches. Avec une moyenne de 30 kilos de viande par chasseur, ce ne sont pas des volumes qui permettent beaucoup de ventes, poursuit le Glânois.

Et même si vous avez la chance de déguster du gibier suisse, pas sûr qu'il ait gambadé librement dans la nature. Une partie de la production indigène vient en effet de d'élevage. En 2020, il y avait près de 2500 cerfs et près de 11'000 daims élevés comme animaux de rente. Le canton de Fribourg détient lui-même un élevage à Sorens, qui compte 120 biches et 8 mâles reproducteurs. 

Les Suisses ont mangé l'an passé en moyenne 470 grammes de gibier sur les 51 kilos de viande qu'ils ont consommé. Bien loin donc des 21 kg de porc ou les 14 kg de volaille.

RadioFr. - Loic Schorderet