Mobilité et fusion du Grand Fribourg: le grand débat

Ces deux thèmes seront assurément des enjeux de la prochaine législature. Le 7 mars prochain, c'est à vous de choisir qui les défendra.

Pistes cyclables, limitation à 30 km/h, nouveaux parkings, places de stationnement moins chères: la mobilité est l'objet de discussions et de négociations continuelles. Alors que les habitants de la Ville de Fribourg vont réélire leurs autorités le 7 mars prochain, on vous propose un tour des enjeux en matière de mobilité avant que de vous plonger dans le débat entre les candidats, où il sera aussi question de fusion du Grand Fribourg.

Piétons et voitures d'abord

Chaque habitant de la Ville de Fribourg passe en moyenne 30 minutes à pied et 30 minutes en voiture par jour, alors que le vélo représente une moyenne de 2 minutes, selon le microrecensement de la mobilité réalisé en 2015 par la Confédération. Du côté des piétons, l'association Mobilité piétonne Suisse estime que les limitations de vitesse du trafic motorisé permettent aux piétons de se réapproprier l'espace public.

Pourquoi pas, répond le TCS Fribourg, pour autant que des mesures d'accompagnement dignes de ce nom soient introduites. Et qu'on commence à considérer les automobilistes "comme des partenaires de la mobilité et non comme des chicaneurs", nous a expliqué Eric Collomb, président du TCS Fribourg.

Les candidats débattent

Entre la piste cyclable sur le Boulevard de Pérolles, l'extension des zones 30 km/h, la suppression de places de stationnement et le prix de celles-ci, la mobilité est un enjeu omniprésent en Ville de Fribourg et certains commerçants ou restaurateurs dénoncent vivement la politique du Conseil communal en la matière. Autre enjeun important pour la commune: la fusion du Grand Fribourg, où un vote consultatif aura lieu cet automne. Ecoutez notre débat: la première partie est consacrée à la fusion du Grand Fribourg, la seconde partie à la mobilité.

RadioFr. - Pierre Meyer