Second tour: une alliance de la droite avec un ticket à 5

L'alliance est formée de 2 candidats du Centre, 2 candidats PLR et un candidat UDC. Tous sont des hommes.

Partis désunis au premier tour des élections pour le Conseil d'Etat, les partis de droite rectifient le tir avant le second tour prévu le 28 novembre: ils ont noué une nouvelle alliance et ont décidé de présenter un ticket commun "2-2-1": il comprend deux candidats du Centre (Olivier Curty et Jean-Pierre Siggen), 2 candidats du PLR (Didier Castella et Romain Collaud) ainsi qu'un candidat UDC (Philippe Demierre).

La décision a été avalisée ce mardi soir lors de l'Assemblée des délégués du Centre. Une assemblée qui a validé ce ticket commun avec 91 voix pour, 9 contre et 5 abstentions. Ce ticket a aussi été largement approuvé par les délégués de l'UDC réunis ce mardi soir également avec 53 voix pour, 5 contre et 3 abstentions.

Décision "difficile"

Le Centre, qui avait trois représentants jusqu'ici au sein du gouvernement fribourgeois, a donc dû se résoudre à partir à 2 et non à 3. "Une décision difficile mais nécessaire pour conserver une majorité de centre-droit au Conseil d'Etat", a assuré le président du Centre fribourgeois, Damiano Lepori. "On n'a pas la force d'en imposer 3, c'est la réalité maintenant", a déclaré l'un des candidats du Centre, le sortant Jean-Pierre Siggen. Une décision également difficile puisque c'est la Glânoise Luana Menoud-Baldi qui s'est retirée. Sans elle, le ticket de droite, fort de cinq noms, ne comporte aucune femme.

"Je me retire de la liste avec un pincement au coeur. Je me retire pour préserver les deux sièges du Centre au gouvernement, je reste au service de mon parti quelles que soient les circonstances", a affirmé Luana Menoud-Baldi, tout en dressant un constat sévère néanmoins: "Aujourd'hui, les partis ont décidé de bannir toute présence féminine de la liste, sans aucune remise en question!", a-t-elle lancé devant les délégués du Centre, majoritairement masculins. Mais la nouvelle élue au Grand Conseil préfère désormais aller de l'avant et regarder vers les futures échéances électorales. Quant à la question de l'alliance avec l'UDC, elle n'a pas vraiment créé de débats au sein de l'assemblée des déléguées du Centre ce mardi soir.

De son côté, pour le second tour du 28 novembre, la gauche, elle ose partir avec quatre candidats et candidates: les socialistes Jean-François Steiert et Valérie Piller Carrard, la Verte Sylvie Bonvin-Sansonnens et Sophie Tritten du Centre Gauche-PCS. De quoi, potentiellement, renverser la majorité de droite au sein du gouvernement fribourgeois.

RadioFr. - Maëlle Robert