Plus d'un siège par candidat aux exécutifs de Riaz et Marly

Là où le scrutin est proportionnel, certains partis, victimes de leur succès, obtiennent plus de sièges qu'ils ne présentent de candidats.

Presque partout, les jeux sont faits. La composition des conseils communaux et généraux est connue. L'incertitude règne pourtant toujours dans certaines communes où le scrutin est majoritaire. En effet, des seconds tours pourraient bien s'y tenir le 28 mars, notamment en Sarine, à Givisiez et au Gibloux, à Siviriez dans la Glâne, mais aussi à Remaufens en Veveyse ou encore dans la Broye, à Prévondavaux. Si la composition de leurs conseils sera connue au plus tard le 28 mars, ce n'est pas le cas pour toutes les communes.

Deux sièges pour une candidate à Riaz

En effet, dans les communes où le scrutin est proportionnel, il arrive que certaines listes aient plus de succès que prévu et obtiennent plus de sièges qu'elles n'ont présenté de candidats. C'est ce qui est arrivé à la candidate de gauche Anne Favre-Morand qui, alors qu'elle partait seule sur sa liste, a obtenu deux sièges.

Dans ce cas pas de second tour, tous les sièges sont remis en jeu dans une élection complémentaire. Selon l'élu socialiste, la volonté des Riazois d'élire un deuxième candidat de gauche doit être respectée.

Même cas de figure à Marly

Un scénario qui se répète à Marly où les Verts, victimes de leur succès, obtiennent neuf sièges pour huit candidats. Deux sièges qui, tout comme dans le cas de la commune de Riaz, seront remis en jeu dans une élection complémentaire et défendus bec et ongles par le président du parti. La Chancellerie d'Etat explique que ces petits incidents de parcours ne sont pas exceptionnels, ils interviennent généralement entre deux et cinq fois par scrutin de ce type.

RadioFr. - Maëlle Robert / La Télé / am