Pas simple d'être célibataire durant la crise sanitaire

Comment les célibataires vivent-ils cette période particulière? Les réponses d'une coach en amour, agrémentées de témoignages.

Bars fermés, distance sociale, pas de réunion à plus de 5 personnes, pas simple de faire de nouvelles rencontres par les temps qui courent. Nombreux sont ceux qui souffrent de solitude, en raison du manque de vie sociale. 

Sandy Kaufmann est coach en amour. Elle accompagne des personnes célibataires qui cherchent une relation sérieuse en cette période chahutée. La spécialiste voit dans la pandémie un moyen de repenser le jeu de la séduction. "On peut se rencontrer à l'extérieur en gardant une certaine distance. On peut faire une balade, prendre le temps de se connaître pour créer un début de relation, lors d'un rendez-vous en toute simplicité, sans artifice."

"Se balader dans la nature ça change un peu les codes, il faut s'habituer, mais c'est tout aussi bien", assure Antoine. Le célibataire estime aussi qu'"on s'entend mieux, on a moins d'alcool dans le sang, donc les discussions sont un peu plus profondes." Pour d'autres, cette période est un synonyme d'introspection, puisqu'avec les restrictions sanitaires, les célibataires ont davantage le temps de penser à ce qu'ils veulent vraiment.

Quant aux sites de rencontres, ils sont évidemment une option quand on manque de contacts sociaux. Certains la choisissent, d'autres préfèrent attendre. Retrouvez leurs témoignages, ainsi que l'analyse de Sandy Kaufmann dans ce dossier à écouter en intégralité:

Notez encore que Sandy Kaufmann donne des conférences en ligne et des workshops gratuits jusqu’à la fin du mois de février avec pour thème comment être heureux en amour.  

RadioFr. - Karin Baumgartner / sc