La RTS porte plainte après des menaces placardées à Fribourg

Une affiche apposée à proximité des locaux fribourgeois de la RTS et des lettres anonymes ont poussé l'entreprise à réagir.

La RTS va déposer plainte, suite à des menaces placardées à l'extérieur de ses locaux fribourgeois. L'entreprise de médias a également signalé à la police avoir reçu plusieurs lettres anonymes contenant de la poudre tant à Lausanne qu'à Genève.

La plainte fait suite à une affichette A4 apposée à proximité des locaux fribourgeois de la RTS, prônant "l'égorgement des violeurs", comme le signalait la Liberté, puis Watson lundi matin. Le document représente Judith décapitant avec l'aide de sa servante un général babylonien, une information confirmée à Keystone-ATS par Christophe Minder, porte-parole de la Radio Télévision Suisse (RTS).


Cette action contre l'entreprise de médias intervient après des déprédations commises sur des véhicules de la rédaction bulloise de la Liberté à mi-avril suite à une lettre de lecteur. Elles avaient été revendiquées par un groupuscule féministe.

La RTS a également reçu depuis quelques mois plusieurs enveloppes contenant de la poudre blanche, qui s'est avérée être de la farine, dans ses rédactions de Lausanne et de Genève. L'entreprise ignore s'il existe un lien avec les affaires de harcèlement récemment mises au jour. La police est en charge de l'enquête, note le porte-parole.

ATS