Les carnavals oscillent entre annulation et maintien

A Broc, les organisateurs souhaitent adapter l'édition 2022 aux mesures sanitaires en vigueur. De son côté, Bulle jette l'éponge.

Après les décisions d'annuler les festivités carnavalesques de Courtepin, de Châtel-St-Denis, de Morat ou encore d'Estavayer-le-Lac, c'est au tour de Bulle et de Broc de se prononcer. Géraldine Roulin, présidente du carnaval de Broc explique que l'édition 2022 se verra quelque peu modifiée: "Il y a toute une organisation à mettre en place. Normalement, on intègre tout le village mais là, il nous est impossible de tout gérer. On a donc décidé de limiter les festivités à une zone restreinte."

Le voisin bullois se voit quant à lui dans l'obligation d'annuler son carnaval. "Avec les nouvelles mesures qui sont arrivées en décembre, avec la 2G+, c'est devenu assez compliqué pour nous d’organiser quelque chose. On ne savait pas du tout où on allait", estime David Blanc, président du carnaval de Bulle. Ce dernier espère également que l'édition 2023 sera la bonne.

Pour voir l'intégralité du reportage

A Romont, même scénario que pour Bulle. le cortège et les rassemblements sont annulées avec toutefois le maintien de la mise à mort du Bonhomme Hiver. Du côté de Fribourg, la décision de maintenir ou non le carnaval des Bolzes est également tombée. Les festivités auront bel et bien lieu le 26 février.

La Télé - Gaël Longchamp