Un parlement de cadres et de juristes

Les Fribourgeois viennent de choisir leurs futurs élus. Mais la population est-elle si bien représentée au Grand Conseil? Pas sûr. Analyse.

Cherchez des métiers comme infirmiers, maçons, laitiers, coiffeurs, cuisiniers ou serveurs parmi les élus au parlement cantonal, vous n'en trouverez pas. Il n'y en a tout simplement pas. La branche la plus représentée parmi les députés de la prochaine législature est celle de l'économie, avec 28 élus. On parle là de chefs d'entreprises, mais aussi d'agents d'assurances ou d'entrepreneurs. La plupart sont rattachés au PDC et au PLR.

On trouve ensuite les avocats et les juristes: ils sont 16, dont près de la moitié au parti socialiste. Vient ensuite le domaine de l'enseignement et de la formation, avec 15 élus! Puis les agriculteurs, qui sont 14 dont 7 au sein de l'UDC. Cette réalité n'étonne pas le politologue Roberto Di Capua. Car pour faire de la politique, il faut en résumé du temps et de l'argent. Ce qui fait que certains corps de métiers sont très représentés, alors que d'autres pas du tout.

Pour le politologue, ce n'est pas un hasard si les avocats, les cadres ou les enseignants figurent en bonne place parmi les élus. Car ces corps de métiers ont des compétences souvent reconnues en politique: "Un enseignant sera à l'aise en art oratoire, un cadre dans une administration publique aura des connaissances en termes de fonctionnement de l'Etat et un avocat maîtrisera le côté juridique de la politique."

Et ce n'est pas forcément une bonne nouvelle. Il y a un risque de déconnexion entre le parlement et la population, explique encore le politologue.

Pour Roberto di Capua ce manque de représentativité peut expliquer pourquoi certaines personnes ne vont pas voter. Mais également pourquoi certaines franges vont délaisser la politique traditionnelle et défendre leur revendication par d'autres moyens, par exemple par des grèves pour la question du climat.

RadioFr. - Loic Schorderet