Le projet de Grand Fribourg est enterré

L'Assemblée constitutive du Grand Fribourg a décidé jeudi soir à l'unanimité de mettre fin à ses travaux.

Après presque cinq ans de travaux, l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg met un terme à ses réflexions. Ses membres l’ont décidé à l’unanimité jeudi soir, lors de leur dernière séance.

"C'est une suite logique aux résultats de la votation du 26 septembre dernier", a indiqué Carl-Alex Ridoré, le président du Comité de pilotage du projet. Neuf communes devaient être comprises dans le processus de fusion: Marly, Belfaux, Fribourg, Givisiez, Granges-Paccot, Corminboeuf, Avry, Matran, Villars-sur-Glâne. Seules les trois premières avaient accepté, lors du vote consultatif, de poursuivre le processus. Ce qui n’est pas suffisant.

Tout ne doit pas être jeté

Durant cette dernière assemblée, la quarantaine de membres présents ont passé en revu ces résultats, avant de parler de la suite à donner à ces cinq années de travaux.

"Il ne faut pas liquider les idées qui ont été proposées durant la campagne", a martelé Simon Gabaglio, l’un des membres qui représentait la commune de Matran. Une proposition partagée par d’autres élus, dont Christel Berset, qui a souhaité plutôt parler de "transmission plutôt que de liquidation", en se demandant aussi comment les travaux menés par l’Assemblée constitutive du Grand Fribourg pourraient être utilisés pour renforcer le centre cantonal.  "Il y a un héritage à transmettre plus loin", a répondu Carl-Alex Ridoré, "mais on ne le maîtrise pas. D’autres décideront ce qu’ils vont reprendre ou modifier."

"Les travaux ont permis de développer des pistes, des concepts. Même si nous sommes séparés, le monde ne s’arrête pas de tourner. On continuera de collaborer tous ensemble", a conclu Christophe Maillard, représentant de Marly.

RadioFr. - Lauriane Schott