"Question Q" fait place au genre

La journaliste fribourgeoise Christine Gonzalez animera "Question Genre" dès vendredi prochain sur La Première.

Après trois ans aux rênes de "Question Q" sur la RTS, Christine Gonzalez se libère, un peu, de son talk-show hebdomadaire qui deviendra mensuel. Pour des raisons économiques, mais pas seulement. "La sexualité est un sujet inépuisable, mais il me limite parfois. C'était l'occasion d'élargir le débat d'idées, car l'émission revenait souvent à la notion de genre", explique la Fribourgeoise.

Trois vendredis sur quatre pendant une heure, Christine Gonzalez donnera donc la parole à un.e invité.e, anonyme ou connu.e du grand public. Sa première interlocutrice sera une drag-queen lausannoise, confie-t-elle, évoquant la transidentité. Animée par des questionnements personnels, par des apéros-discussions avec son attachée de production, par les réseaux sociaux, la journaliste entend ainsi explorer les questions qui relèvent du corps et de l’intime, au sens large.

Déconstruire sans démolir

Comment on distribue les rôles? Pourquoi les femmes n’ont pas congé quand elles ont leurs règles? Ça veut dire quoi être viril, être féminine aujourd’hui? sont quelques exemples d’une palette infinie d’interrogations, illustre Christine Gonzalez. "Quand je parle de déconstruction, je ne veux pas dire tout démolir, mais comprendre les mécanismes qui nous amènent à penser ou vivre d’une certaine manière."

Craint-elle d'empoigner ces questions? "Je fais en sorte de créer un espace bienveillant pour la personne que je reçois, je balise le terrain. "Question Genre" sera une émission pour toutes et tous." Et tant mieux si ce nouveau rendez-vous peut enrichir ses auditeurs. "Je remarque encore des crispations autour du mot "genre". Aujourd’hui, la notion de fluidité est par exemple compréhensible pour un ado de 14 ans, moins pour quelqu’un de 80 ans. Les jeunes sont curieux, informés et disposent d’un bagage auquel on n’avait pas accès avant. Mais je crois que toute génération peut s'ouvrir à des réflexions, des récits et des parcours de vie différents."

Podcast LGBT

Des blocages, il y en a d’ailleurs eu lorsque la RTS a notamment adopté le langage épicène, fin 2020. Une petite révolution. "Aujourd’hui, c’est complètement intégré à l’interne", témoigne-t-elle. "Personnellement, je trouve génial que le service public ait pris la décision d’entrer dans son siècle. S'adresser à la pluralité des genres, c’est un grand pas qui était nécessaire."

Signe de cette évolution, l’entreprise de service public diffusera dès le mois de mars son premier podcast LGBT, "Voyage au Gouinistan", fruit de Christine Gonzalez et sa compagne Aurélie Cuttat, qu'on a notamment connue dans l'émission "Nouvo" sur la RTS. "On y parlera de notre couple, de l'homosexualité et on ira à la rencontre de lesbiennes en Suisse romande. On se réjouit!"   

"Question Genre", trois vendredis par mois 21h-22h sur La Première (RTS)        

Frapp - Alexia Nichele